Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

40ème conférence de l’Union parlementaire africaine Les questions de paix, de sécurité internationale, de sécheresse et de famine en discussion à Ouagadougou

Quelques 24 heures après la clôture de la 71ème session du comité exécutif, s’est ouverte à Ouagadougou, dans la capitale burkinabè, le jeudi 9 novembre 2017, la 40ème Conférence de l’Union parlementaire africaine (UPA). Cette rencontre qui regroupe une centaine de parlementaires venus de près de 40 pays est articuler autour de deux thèmes qui abordent des sujets touchant à la paix, la sécurité internationale, la sécheresse et la famine. La conférence aura également à examiner 8 points touchant à la vie de cette organisation parlementaire continentale.

Placée sous la présidence d’Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale du Burkina, la cérémonie d’ouverture de la 40ème conférence de l’UPA a connu la présence d’une quarantaine de délégations parlementaires dont les présidents de parlements de Guinée – Bissau, du Zimbabwé, du Togo, du Maroc et de l’Union des Comores.
L’allocution du président de l’UPA, Cipriano Cassama et le discours d’ouverture du président de l’Assemblée nationale du Burkina Alassane Bala Sakandé ont été les deux temps forts de cette cérémonie.
Dans son intervention, le président de l’Union parlementaire africaine, s’est réjoui de l’ouverture de cette conférence dont l’ordre du jour comporte 08 points. Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, l’admission de l’Assemblée de l’Union des Comores au sein de l’UPA. Il a en outre évoqué la situation dans certains pays du continent comme le Togo, la République Centrafricaine et le Soudan du Sud.
Pour Cipriano Cassama, au nombre des défis pour le continent africain : le terrorisme et les crises diverses, les crises économiques, les changements climatique. Les parlementaires doivent par conséquent travailler à la recherche de solutions à ces problématiques. D’où la nécessité de travailler dans la solidarité et dans l’union.
Dans son discours d’ouverture, le président Alassane Bala Sakandé a rappelé que « cette rencontre nous offre l’opportunité non seulement de nous enrichir mutuellement de nos expériences respectives, mais surtout de réfléchir ensemble sur le comment et les perspectives de renforcement des liens qui nous unissent ».
Quant au choix des deux thèmes, à savoir : la question du renforcement de la paix et de la sécurité internationale et la problématique de la persistance de la sécheresse et de la famine dans le contexte du développement agricole et de l’agro – industrie en Afrique, le chef du parlement burkinabè, estime que ce choix « est évocateur à bien des égards, quant au rôle majeur que nous devons jouer en tant que parlementaires, dans le renforcement de la résilience de nos Etats ».

A lire également :