Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Assemblée nationale, ouverture de la première session ordinaire de l’année

L’Assemblée nationale a abrité le mercredi 02 mars 2016 la cérémonie solennelle d’ouverture de la toute première session ordinaire de l’année de la septième législature.

C’est par une minute de silence en la mémoire des martyrs de l’insurrection d’octobre 2014, du putsch du 16 septembre 2015 et des victimes de l’attentat terroriste du 15 janvier 2016, qu’a débuté, à proprement dit, la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de l’année de l’Assemblée nationale. De nombreux invités, dont des parlementaires de pays amis, des présidents d’institutions, des chefs de missions diplomatiques et le chef de file de l’opposition politique ont pris part à la cérémonie. Le premier ministre et des membres du gouvernement ont également effectué le déplacement à l’hémicycle. Occasion pour le chef du Parlement burkinabè de leur témoigner sa reconnaissance. Salifou DIALLO a ensuite salué la contribution de la jeunesse et des femmes lors de l’insurrection et dans le combat pour la liberté et la dignité. Il a par ailleurs annoncé que la Représentation nationale, de concert avec le Mouvement citoyen a décidé de transformer l’ancien site de l’institution parlementaire en musée de l’histoire de la lutte héroïque du peuple Burkinabè. Autre annonce faite par le président DIALLO, la mise en place prochaine de deux commissions d’enquêtes parlementaires sur les permis miniers et sur le foncier urbain. Dans ce cadre ; des lois pourront être prises pour retirer aux maires la gestion du foncier. Pour Le président de l’Assemblée nationale, il faut se féliciter du retour à la vie constitutionnelle normale avec l’organisation d’élections transparentes et équitables. Il a réitéré ses vœux de pleins succès au premier ministre et à l’équipe gouvernementale et a salué la visite au Burkina Faso de Ban KI-moon, secrétaire général des Nations Unies. S’adressant particulièrement aux députés, le président Salif DIALLO dira que des Burkinabè ont payé de leur vie pour que nous soyons aujourd’hui en démocratie. Les parlementaires, qu’ils sont, n’ont donc pas droit à l’erreur. «  Sachons indiquer le chemin par une pratique saine de la bonne gouvernance », a-t-il affirmé et souhaité une studieuse et fructueuse session à tous.

L’ouverture de la session parlementaire a vu la validation du mandat de Boureima BOUGOUMA, premier suppléant sur la liste nationale du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), en remplacement de Lamine BAYIRE et de Boukary BARRY, premier suppléant sur la liste des candidatures du Mouvement pour la démocratie en Afrique (MDA-Loroum), en lieu et place du député Amadou TALL.
Yahaya ZOUNGRANA, premier suppléant sur la liste électorale de la province du Boulkiemdé du CDP, remplace également Boukary BEREHOUNDOUGOU, démissionnaire.

La prochaine plénière est prévue pour le 17 mars. Elle verra l’examen du projet de loi portant création, organisation et fonctionnement des pôles judiciaires spécialisés dans la répression des infractions économiques et financières.

A lire également :