Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Clôture de la session budgétaire : un bilan plus que satisfaisant

Après 90 jours de travaux, l’Assemblée nationale a clos le jeudi 22 décembre 2016 les travaux de la deuxième session ordinaire de l’année 2016. Une session dominée par le vote du budget de l’Etat gestion 2016 et par le vote de plusieurs autres lois. La clôture a donné lieu à une cérémonie marquée par le discours du président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo.

Le discours du Président de l’Assemblée nationale a été le seul élément constitutif de cette cérémonie qui marque la fin de 90 jours de travaux. Le port des attributs par les députés, la présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba avec les membres de son gouvernement, les présidents d’institutions et le corps diplomatique ont donné de la solennité à cette plénière a priori sobre dans son contenu.
A l’entame de son discours le président Salifou Diallo a rappelé l’attaque terroriste qui a couté la vie à 12 soldats à Nassoumbou et fait de nombreux blessés. Il a fait observer une minute de silence en hommage à ses martyrs. Tout en mettant en garde les terroristes dont le crime ne restera pas impuni, le chef du parlement burkinabè a invité le gouvernement « à mettre en place des juridictions spécialisées antiterroristes et des procédures efficaces y afférentes » et « à intensifier la coopération sous régionale – notamment dans le cadre du G Sahel – et internationale afin que les différents pays puissent favoriser les échanges de renseignements et surtout mutualiser leurs moyens pour une lutte implacable contre le terrorisme ».
Sur le plan social, le constat fait par Salifou Diallo est que l’année a été également marquée par « des revendications syndicales tout azimut ».
Tout en condamnant « la récupération des luttes syndicales par les officines politiques occultes » .le Président de l’Assemblée a invité le gouvernement et les syndicats au dialogue et à la concertation aux fins d’établir des compromis dynamiques ». Il a par ailleurs appelé à« la révision des lois portant gestion des personnels de l’Etat dans l’optique d’une refonte des différents statuts particuliers ».
Cette session budgétaire a permis à notre pays de se doter d’un budget programme et à être ainsi le premier dans la sous-région à se conformer à la directive de l’UEMOA relative aux lois de finances dans les pays membres de l’union. La loi de finance 2017 a été votée en recettes à 2.036.301.664.000 FCFA et en dépenses à 2.445.193.114.000 FCFA soit un déficit budgétaire de 418.819.450.000 FCFA et une épargne budgétaire de 275.288.468.000 FCFA. C’est un budget qui est arrimé au Programme national de développement économique et social (PNDES) et au Programme du Président du Faso « bâtir avec le peuple un Burkina Faso de démocratie de progrès économique et social, de liberté et de justice ».
Ce budget selon Salifou Diallo traduit « le souci du gouvernement d’améliorer la mobilisation des ressources internes pour financer les dépenses d’investissements structurants et les secteurs sociaux ». Un niveau d’investissement jamais atteint dans notre pays. C’est en cela a dit Salifou Diallo que l’Assemblée nationale félicite le Premier ministre et son gouvernement. Ce qui a valu à l’exécutif un « standing ovation » à la demande du Président.
Quant au bilan de la session, le chef du parlement burkinabè a noté qu’en plus de la loi de finances, d’autres lois d’importance pour notre pays ont été votées. A cela s’ajoutent l’adoption de 22 résolutions, 4 questions d’actualité et 33 questions orales dont 10 suivies de débats.
La clôture de la session a été l’occasion pour Salifou Diallo de rappeler à l’opinion que l’Assemblée nationale s’est dotée de son plan stratégique 2017 – 2020. Ce plan d’un coût global d’environ 20 milliards a fait l’objet d’une réunion de concertation avec les bailleurs de fonds de l’institution parlementaire.
Sur le plan du rayonnement de la diplomatie parlementaire a reconnu le Président de l’Assemblée, des acquis ont été engrangés.
Le Président a terminé son adresse, en annonçant une session extraordinaire pour le 9 janvier2017, en souhaitant un joyeux Noël aux fidèles chrétiens, une bonne fête de fin d’année à tous et une heureuse année 2017 au peuple burkinabè.

A lire également :