Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Démocratie au Burkina Faso Le soutien du Canada

Il s’est tenu le vendredi 25 novembre 2016 à Ouagadougou, un atelier du comité directeur bilatéral regroupant des responsables du Parlement burkinabè et un de ses partenaires qu’est le Canada. Cette séance de travail, a été co-présidée par le 2ème vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina Lona Charles Ouattara et l’ambassadeur du Canada au Faso, Vincent Lepape. Elle entre dans le cadre de l’appui à la démocratie dans notre pays et permettra à nos deux Etats de s’accorder sur leurs valeurs démocratiques communes.

Cet atelier intervient quelques jours après l’adoption du plan stratégique 2016-2019 de l’Assemblée nationale du Burkina, réalisé avec l’appui du Canada. L’objectif de cette rencontre, selon ses organisateurs, est donc la validation par le comité directeur bilatéral du plan de mise en œuvre de ce projet. Pour l’ambassadeur du Canada, ce soutien est essentiel et permettra de faire un arrimage entre les deux pays sur le plan des valeurs démocratiques partagées. Vincent Lepape a précisé que son pays participe à des projets de développement dans les domaines de la sécurité alimentaire, de l’éducation et de l’appui au développement du secteur privé. « On est aussi un partenaire économique important pour le Burkina Faso dans un certain nombre d’industries » a-t-il ajouté. Ces échanges permettront aux partenaires canadiens de déterminer les points du plan stratégique pouvant bénéficier de leur soutien. C’est une enveloppe d’environ 18 milliards de FCFA que le Canada va accorder à notre pays pour la réalisation de ce plan stratégique. Le diplomate canadien a réaffirmé que « ce projet revêt pour lui et pour l’ensemble de la communauté canadienne, un élément essentiel dans les relations bilatérales Burkina - Canada » .
Le 2ème vice président de l’Assemblée nationale Lona Charles Ouattara s’est réjoui de ce soutien du Canada. Il a affirmé que cette contribution permettra aux députés burkinabè de renforcer leurs capacités en matière de démocratie. « L’Assemblée nationale représente notre peuple, il est absolument indispensable que les députés que nous sommes, soyons les premiers à nous approprier le concept de démocratie »  at-il poursuivi. Pour lui, c’est à travers des formations que les élus nationaux seront à même de voter les lois en toute âme et conscience et d’assurer le contrôle de l’action gouvernementale.

A lire également :