Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Des membres du bureau de l’Assemblée nationale en visite chez le Moogho Naaba

Une délégation du bureau de l’Assemblée nationale constituée de trois vice – présidents et du Président Salifou Diallo était en visite chez le Moogho Naaba. Il s’est agi d’une visite de courtoisie au cours de laquelle les deux parties ont eu des échanges allant dans le sens du renforcement de la cohésion et de la paix au Burkina Faso.

Premier à prendre la parole, les visiteurs par la voix du président de L’Assemblée Salifou Diallo a dit être venu à son nom, au nom de la Représentation nationale et de l’ensemble des députés, remercier sa majesté le Moogho Naaba Baongo pour tout ce qu’il a fait et continue de faire pour la paix et la quiétude au Burkina Faso. Il s’est excusé du temps mis avant d’effectuer la visite et excusé les absents.
Le chef du parlement burkinabè a remis au chef suprême des moosé des trombinoscopes des députés de la 7ème législature et quelques exemplaires des Echos de l’Assemblée nationale.
En réponse aux propos du Président Diallo, le Moogho Naaba s’est dit honoré par la marque de considération que traduit cette visite qui, pour lui, vient à point nommé. Il a par ailleurs invité le Parlement à promouvoir les valeurs de civisme pour que la jeunesse ait plus de respect pour l’autorité et pour les institutions. Sa majesté a remis au président de l’Assemblée un poème sur la citoyenneté et le civisme. S’inspirant de l’image du chien et du chat qui étaient à ses pieds, il a invité les responsables du parlement à cultiver le vivre ensemble.
Dans l’interview qui a sanctionné la visite Salifou Diallo a indiqué qu’il s’agissait d’ « une visite de courtoisie et de haute considération » au cours de laquelle il a remercié l’empereur des mossé pour sa contribution à la paix sociale. Il dit également avoir reçu de fructueux conseils dans le sens du vote des lois concernant l’éducation de la jeunesse et la paix sociale.
Nous sommes sensibles a – t – il conclut «  à l’appel en faveur de la promotion du civisme et s’il y a nécessité à légiférer de nouveau, nous allons le faire. Mais des lois existent déjà en la matière et nous interpellons l’exécutif à les faire appliquer  ».

A lire également :