Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Deuxièmes journées parlementaires 2016 du groupe « Burkindlim » Pour une cinquième République qui réponde aux aspirations du peuple

Les députés membres du groupe « Burkindlim » se sont retrouvés à Yako les 16 et 17 septembre 2016 pour leurs deuxièmes journées parlementaires de l’année 2016. Les parlementaires auxquels se sont joints des délégués des partis qui composent ce groupe, ont porté leurs réflexions sur une interrogation : « le passage à la cinquième République répondra-t-il aux aspirations du peuple burkinabè ? »

C’est une recommandation faite au gouvernement sur la commission constitutionnelle, relative à la communication sur la non mise en œuvre de cette commission ; l’opérationnalisation des organes de la commission ; l’organisation d’assises nationales, régionales et provinciales et un appel au peuple à soutenir et à contribuer au renforcement des acquis démocratiques, qui ont sanctionné les travaux des deuxièmes journées parlementaires du « groupe Burkindlim ».
Des journées parlementaires qui ont porté sur un questionnement : « le passage à la cinquième République répondra t – il aux aspirations du peuple burkinabè ? » Le thème de ses journées a été développé par le docteur Thomas Ouédraogo, directeur exécutif du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD). Pour le communicateur, « l’idée n’était pas de discuter le principe du passage ou non à la cinquième République, mais plutôt dire qu’elles sont les acquis à préserver surtout suite aux transformations qualitatives qu’on a enregistré au cours de la transition ». Il s’est agi donc pour le secrétaire exécutif du CGD, « d’analyser les faiblesses de quatrième République et documenter ensemble ce que la transition a eu à consacrer comme règle et d’ouvrir d’autres chantiers dans le sens de satisfaire aux attentes populaires ».

Des débats enrichissants qui ont permis aux députés de ce groupe de la majorité présidentielle, de faire des propositions allant dans le sens de la prise en compte des aspirations profondes du peuple burkinabè. Pour le président du groupe « Burkindlim » Issa Barry « le passage à la cinquième République est aujourd’hui une nécessité pour résoudre un certain nombre de difficultés notamment la réforme de la Justice, ce passage permettra également de résoudre définitivement des aspects liés à l’organisation des élections. A cela s’ajoutent des préoccupations institutionnelles telles le type de régime qu’il faut pour notre pays ».
Les députés membres de ce groupe se sont dits satisfait de l’organisation de ses deuxièmes journées à Yako qui a permis à ses élus des partis que sont : l’UNIR/PS, le NTD, le PAREN, l’ODT, le Faso autrement, le PDS/Meba, le RDS de se rapprocher de leur mandants, de se poser les bonnes questions sur le passage à la cinquième République et de se préparer pour la prochaine rentrée parlementaire.
Le groupe Burkindlim a ainsi décidé de tenir ses prochaines journées parlementaires à Bogandé dans la province de la Gnagna.

A lire également :