Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Président  >>   Discours

Discours d’ouverture de la première session parlementaire extraordinaire de l’année 2016

Mesdames et Messieurs les présidents d’institutions,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Excellences Mesdames et Messieurs les représentants des missions diplomatiques,
Mesdames et Messieurs les représentants des organisations internationales et interafricaines,
Monsieur le chef de file de l’Opposition politique,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs,

Conformément aux dispositions de l’article 88 de la Constitution du 2 Juin 1991, Monsieur le Premier Ministre nous a saisi à la date du 30 Juin d’une requête visant la convocation d’une session extraordinaire.
Comme suite à cette demande et me fondant sur l’article 27 de la résolution N : 001-2016/AN portant Règlement de l’Assemblée, j’ai donc convoqué la présente session extraordinaire à l’effet d’examiner les projets de loi à nous soumis par le gouvernement.

Il s’agit en l’occurrence des projets ci-après :

1. Le projet de loi portant autorisation de ratification de la convention de Minamata sur le mercure adoptée le 10 Octobre 2013 à Kumamoto au Japon ;
2. Le projet de loi relatif à la création de la caisse de dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC- BF) ;
3. Le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2017-2019 ;
4. Le projet portant sur la deuxième loi de finances rectificative pour l’exécution du budget de l’Etat – gestion 2016 ;
Tous ces projets de loi témoignent si besoin est, de la détermination du gouvernement à assurer, une prompte et judicieuse exécution du programme quinquennal du Chef de l’Etat, SEM Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso.
Toutefois, à deux d’entre eux, je voudrais faire une mention spéciale en raison de ce que chacun comble un vide juridique au niveau de son ressort.
Il s’agit :
• Premièrement, de la création d’une caisse de dépôts et de consignations. Cette caisse est la bienvenue en ce que désormais l’Etat va pouvoir disposer d’un organisme spécialisé dans le financement des infrastructures structurantes notamment dans le domaine social ;
• Ensuite, la deuxième loi de finances rectificative pour l’exécution du budget de l’état gestion 2016 qui va surtout permettre au gouvernement de prendre en compte l’incidence financière de la loi 081 du CNT portant reclassement des agents de l’Etat.
Je voudrais donc au nom de la Représentation nationale féliciter le gouvernement pour la pertinence de ces différentes initiatives.

Mesdames et Messieurs,
Honorables députés,
Avant de vous livrer mon sentiment sur la manière dont je souhaite que notre auguste Assemblée s’acquitte de son devoir qu’il me soit permis de revenir ici sur ce qui a fait l’actualité nationale récemment ; j’ai cité : la mise en place des exécutifs locaux.
Nous l’aurons tous constaté, déploré et regretté, l’élection des maires à la suite du scrutin du 22 Mai 2016, a occasionné des morts d’hommes dans certaines communes notamment à Karangasso-Vigué et Kantchari.
Ces dérapages quelque que soit l’angle sous lequel l’on voudrait les appréhender sont inacceptables dans une démocratie.
C’est pourquoi, j’en appelle au sens des responsabilités de tous les acteurs politiques qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition pour un retour rapide à un climat social apaisé.
Au gouvernement, je lance un appel pressant à plus de fermeté afin de mettre un terme à ces dérives qui menacent notre vivre-ensemble et la cohésion sociale du pays.
Par ailleurs, je souhaite vivement que la Justice se saisisse de ces dossiers, et qu’elle sanctionne les fautifs avec toute la rigueur possible et d’administrer ainsi la preuve que force doit rester à la loi !
Pour en revenir à ce qui nous importe à ce jour, je veux parler de la présente session extraordinaire, elle ne saurait excéder quinze jours après sa date d’ouverture. Les délais me paraissant relativement courts au regard de la consistance des dossiers pendants, j’invite les députés à plus d’assiduité, d’abnégation et de sérieux dans les travaux en commissions, vu qu’aucune dérogation n’est permise pour les délais ainsi prescrits.
Je ne puis clore mon propos sans adresser mes vifs encouragements à nos braves paysans qui sont en ce moment en pleine campagne.
Que leur dur labeur porte fruits !
Je voudrais pour terminer dire ma sincère gratitude à son Excellence Monsieur le Premier Ministre et son gouvernement, à toutes ces personnalités qui ont bien voulu rehausser par leur présence l’éclat de la présente cérémonie. Soyez-en remerciés !
Sur ce, tout en souhaitant une studieuse session aux honorables députés, je déclare ouverte la première session extraordinaire de la septième législature.
Plein succès à nos travaux.
Je vous remercie.

A lire également :