Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Fonctionnement des structures d’appui à la promotion de l’emploi Les députés veulent s’en imprégner

12 députés membres de la Commission de l’éducation, de la santé, de la jeunesse, de l’emploi, des affaires sociales et culturelles (CEASJEASC) ont initié une mission d’information sur le fonctionnement des structures d’appui à la promotion de l’emploi. Le top de départ des activités y relatives a été donné, le lundi 06 novembre 2017, par le président de ladite commission, Yahaya Zoungrana. L’activité bénéficie de l’accompagnement du National democratic institute (NDI).

Le Burkina Faso dispose d’un ministère chargé des questions de l’emploi et de la promotion de la jeunesse. A côté de ce ministère œuvrent de nombreuses structures d’appui à la promotion de l’emploi. Entre autres, on cite, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (ANPE), l’Observatoire national de l’emploi et de la formation professionnelle (ONEFP), le Fond d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), les Programmes spéciaux des travaux à haute intensité de main d’œuvre (PSTP-HIMO), le Fond d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), le Fond d’appui à la promotion de l’emploi, le Fond d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF). En dépit de l’existence de tous ces outils de soutien et de promotion de l’emploi, force est de constater que la situation de réduction du chômage au Burkina Faso n’est pas particulièrement reluisante.

« Lors de nos travaux en commission, nous avons été sensibilisés sur l’emploi des jeunes et des femmes. Le chômage subsiste malgré l’existence d’une politique de l’emploi et la présence des Fonds. C’est dire qu’il y a beaucoup de difficultés que nous voulons décéler » a expliqué le président de la CEASJEASC, Yahaya Zoungrana.
La mise en route de cette mission d’information, selon le premier responsable du groupe, « permettra aux députés de s’informer sur le fonctionnement des structures d’appui à la promotion de l’emploi ; de comprendre le mécanisme permettant aux jeunes en quête d’emploi d’accéder aux prestations des services ; d’appréhender les satisfactions et les insatisfactions des usagers, demandeurs d’emploi, employeurs, promoteurs ; de s’assurer de la prise en compte du genre dans les actions menées en matière de promotion de l’emploi ; d’examiner les contraintes et difficultés dans le processus de promotion de l’emploi ». Les données recueillies, selon toujours le député Yahaya Zoungrana, serviront à formuler des propositions à la représentation nationale.
Ce travail-ci est prévu se dérouler en deux volets : le premier va concerner les auditions des responsables des structures concernées par la mission. Le deuxième consistera à mener des visites auprès des structures et des bénéficiaires à Ouagadougou, à Bobo Dioulasso ainsi qu’à Dédougou. Le choix de ces régions s’explique, selon le Président de la Commission, Yahaya Zoungrana, au fait que ce sont elles qui regorgent de plus de jeunes et de femmes, en terme de nombre.
Les députés sont accompagnés dans cette activités par des agents techniques du parlement. Ils ont environ une vingtaine de jours pour éplucher le dossier.

A lire également :