Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

L’Assemblée nationale et le Ministère en charge des relations avec le parlement, pour une fluidité du travail parlementaire

Le ministre de la communication et des relations avec le parlement, Rémis Fulgance Dandjinou a été reçu en audience, le lundi 18 septembre 2017, par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Ils ont échangé sur des possibilités de collaboration en vue d’une meilleure fluidité dans

C’est à sa demande, que le ministre en charge des relations avec le parlement, a rencontré le président Alassane Bala Sakandé, pour le féliciter pour son élection à la présidence de l’Assemblée nationale. « C’est vrai que son accession à cette place est due à des circonstances que nous déplorons tous, mais il y a des obligations à assumer et nous voulons donc lui renouveler l’engagement du ministère en charge des relations avec le parlement à travailler en symbiose pour que cette fluidité dans le travail que nous avons eu avec son Excellence Salifou Diallo puisse continuer avec le président Sakandé ».
Une occasion pour ce département ministériel qui sert de courroie de transmission entre la Représentation nationale et le l’exécutif, d’avoir des informations sur la dynamique que le président Sakandé compte impulser au travail parlementaire : « Il nous a également donné ses directives par rapport à ce qu’il entend faire pour redynamiser un peu plus le travail entre le gouvernement et le parlement et nous avons pris acte de ces éléments. Il s’agit véritablement d’éviter un certain nombre de couacs dans la transmission des dossiers parlementaires, des projets de lois. Il s’agit également de mieux prendre en compte un nombre d’aspirations de transparence, d’organisation du travail, de redevabilité. Sur ces éléments, je pense que le gouvernement est également prêt à faire de telle sorte que le travail se fasse dans l’intérêt de tous parce qu’au final, Exécutif et Législatif, nous n’avons qu’une seule ambition, c’est de satisfaire les conditions de développement des Burkinabè ».

A lire également :