Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Numéro 001  >>   Les Echos de l’Assemblée nationale  >>   Hémicycle

L’hommage des chefs de Parlements amis au peuple burkinabè

Des présidents des Assemblées nationales de la sous-région ouest-africaine et le président du groupe d’amitié France-Burkina ont rehaussé de leur présence la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2016.

Le Ghana, le Togo, le Niger, le Mali, le Sénégal et la France, pour ne citer que ces pays, entretiennent des relations privilégiées avec le Burkina Faso. Au cours de la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de l’année, des présidents d’assemblées de ces pays ou leurs représentants ont rappelé l’excellence des relations d’amitié et de fraternité entre les peuples et entre les parlements.
Edward Doe Adjhao, Président de l’Assemblée nationale du Ghana, Amadou Salifou, Président de l’Assemblée nationale du Niger, Amadou Tounkara, premier vice-président de l’Assemblée nationale du Mali, Bernadette Lahai, 4ème vice-présidente du Parlement panafricain et François Loncle, président du groupe d’amitié France-Burkina Faso, ont rendu un vibrant hommage à l’ensemble du peuple burkinabè pour la démonstration de sa maturité politique, son attachement à la démocratie et son aspiration à la paix.
Les différents invités n’ont pas occulté l’attaque terroriste « barbare » qui a frappé et endeuillé notre pays. Les chefs de Parlements de la sous-région ont, en sus, renouvelé leur engagement à œuvrer, de concert avec les parlementaires burkinabè, à l’intensification de leurs échanges.
Les propos du chef du Parlement togolais en sont une parfaite illustration : « Vous vous en doutez bien, notre présence, ici, dans ce lieu haut de débats parlementaires, aux côtés de nos collègues députés du pays des hommes intègres, est non seulement, l’expression de l’amitié profonde qui lie le Burkina Faso, à mon pays, le Togo, mais aussi, la manifestation de l’excellente qualité des relations de coopération existant entre nos deux parlements. Comment pourrait-il en être autrement quand on sait que c’est toujours dans un élan de solidarité et de fraternité agissantes, que nos deux parlements se soutiennent mutuellement, perpétuant ainsi la chaîne de l’amitié séculaire qui lie nos peuples et nos nations et qui prend sa source dans l’histoire et les valeurs que nous avons en partage ? »
Le Président de l’Assemblée nationale du Niger, Amadou Salifou, a rappelé le caractère ferme et sacré des liens multiformes qui unissent son pays et le Burkina Faso : « Dois-je, pour ce faire, invoquer l’histoire ou la géographie ? Non, il ne s’agit là que de lieux communs ! Je vous parlerai plutôt de notre interdépendance économique, je vous parlerai également de notre commune volonté de réussir, en Afrique, cette transition démocratique pour laquelle de jeunes burkinabè ont récemment payé le prix fort ! Je m’incline avec compassion devant leur mémoire tout en exhortant leurs camarades à rester constamment sur le qui-vive afin que l’élan de lutte pour la liberté et la dignité du plus grand nombre ne s’émousse pas ».
En somme, des messages d’amitié et de fraternité des chefs de Parlements amis qui montrent que l’Assemblée nationale met au centre de sa vision, la promotion d’une saine et dynamique coopération parlementaire.

A lire également :