Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Président  >>   Discours

Le Mot du Président de L’Assemblée nationale Dr Salifou Diallo à l’ouverture de La deuxième session extraordinaire de L’année 2017

Monsieur le Ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, Garde des sceaux,
Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les députés.

Dans mon adresse à la clôture de la première session parlementaire ordinaire de l’année 2017, le 26 mai dernier, je vous faisais part de ce que son Excellence Monsieur le Premier ministre, sur la base de l’article 88 de la Constitution, nous avait adressé une requête sollicitant la convocation d’une session extraordinaire.

Pour notre part, en nous référant à l’article 27 du règlement de l’Assemblée nationale nous avons voulu donner une suite favorable à cette démarche de Monsieur le Premier ministre en procédant à la convocation de la présente deuxième session extraordinaire en ce jour 20 Juin de l’année 2017.

Et conformément aux souhaits du gouvernement et aux délibérations de la conférence des Présidents, elle est convoquée à l’effet d’examiner cinq (05) projets de loi et d’initier le débat d’orientation budgétaire.

Il s’agit des projets de loi ci-après :
1. Le projet de loi organique portant modification de la loi organique N°20/95/ADP du 16 mai 1995 portant composition et fonctionnement de la haute cour de Justice et procédure applicable devant elle ;
2. Le projet de loi portant modification de l’ordonnance 68-7 du 21 février 1968 portant institution d’un code de procédure pénale ;
3. Le projet de loi portant organisation, fonctionnement et procédure applicable devant la chambre criminelle ;
4. Le projet de loi portant protection des défenseurs des droits humains au Burkina Faso.
5. Enfin le projet de loi portant modification de la loi n°24/94/ADP du 24 mai 1994 portant code de justice militaire.

Honorables députés,
Mesdames et messieurs,

J’aimerais attirer votre bienveillante attention à la fois sur l’intérêt et l’importance des différents points inscrits à l’ordre du jour de notre session.

Toutefois, je reste persuadé que vous cernez parfaitement les enjeux que recèlent ces différents projets de loi et sachant que vous avez une haute idée des exigences d’une session extraordinaire, je sais compter sur votre engagement et votre esprit de sacrifice pour relever les défis qui se posent ainsi à la Représentation nationale.

Sur ce je déclare ouverte la deuxième session extraordinaire de l’année 2017.

Bonne et studieuse session extraordinaire !

Vive le Burkina Faso !!!
Je vous remercie.

A lire également :