Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Le député Maxime Koné à ses mandants : « Le développement se fait de manière progressive »

On le connait fougueux et très participatif lors des débats à l’hémicycle. Le verbe haut, la rhétorique dépoussiérée de toute ambiguïté, l’honorable Maxime Koné ne s’autocensure pas. Il l’a encore démontré à Nouna, le Samedi 04 février dernier, au centre de lecture et d’animation artistique et culturelle (CELPAC), lors de sa séance de redevabilité face aux citoyens. C’était devant une foule immense avec en tête des maires des communes de la province de la Kossi venus également faire leurs redditions des comptes aux citoyens.

Faire le point de l’activité parlementaire à travers les deux sessions ordinaires tenues en 2016 ! Tel est l’exercice auquel s’est prêté le député Koné. Cette séance a réuni les populations à la base, notamment les élus locaux, des militants de partis politiques, des administratifs, etc.

Le député a commencé par expliquer le rôle du député et présenter l’Assemblée nationale et son fonctionnement, le travail en commission, le processus de vote des lois, avant de décliner les activités qui ont ponctué les deux sessions. A propos, il a fait savoir que les deux sessions ont connu diverses activités. Il s’agit notamment du vote de 105 lois et de l’interpellation du gouvernement à travers 105 questions. La tenue d’ateliers de formations des élus nationaux, la conduite de deux enquêtes parlementaires et l’élaboration du Plan stratégique de l’Assemblée nationale, la levée de l’immunité parlementaire d’un élu, sont également des activités à mettre à l’actif de ses deux sessions.

Difficile de parler de lois sans citer celles qui touchent directement le citoyen. Ce sont, entre autres, celles portant allègement des conditions d’exécution des projets, programmes et activités de développement ; réglementation générale de la commande publique ; loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, gestion 2016 ; protection et promotion des droits des personnes âgées ; créations de tribunaux dont la Cour d’appel de Fada et le Tribunal administratif de Dori.

L’exercice est démocratique mais ne manque pas de pique

A la fin de sa présentation, les participants ont exprimé leur satisfecit par une série d’interventions. Ils ont également, dans un langage direct interpellé le député sur bon nombre de points. Morceaux choisis : « Monsieur le député, notre agriculture a besoin d’une vraie mécanisation pour faire face aux défis climatiques. On est fatigué des charrues, on veut des tracteurs maintenant » ; « Aménagez les plaines pour permettre à nos jeunes de travailler » ; « Merci pour la gratuité des soins infantiles mais renforcez les formations sanitaires. Elles sont débordées » ; « Vulgarisez les lois que vous votées » et ne venez surtout pas nous dire « que nul n’est censé ignorer la loi » ; « Prenez un peu plus au sérieux les défis sécuritaires » ; etc.

A toutes ces préoccupations, le député Maxime Koné a apporté des explications et des réponses, non sans user de la verve qu’on lui connait. Relevant avec moult arguments les confusions des uns et fournissant des informations aux préoccupations des autres, l’élu a pu satisfaire et mettre en confiance le public. « On ne peut pas tout faire tout de suite. Le développement se fait de façon progressive » a-t-il tranché.
Cette conférence de redevabilité a connu la présence des maires des communes de Madouba, Djibasso, Doumbala, Kombri, Dokouy, Bourasso et de Nouna. Ces élus ont saisi l’occasion, à la suite du député, pour faire leurs redditions de comptes aux populations. Toute chose que ces dernières ont apprécié tout en les interpellant sur bien d’aspects de la vie locale : la formation des femmes, l’accès à l’eau potable, les routes, etc.

A lire également :