Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Les Echos de l’Assemblée nationale  >>   Numéro 001

Cent jours, mille défis

Le mandat de la 7ème législature compte 1825 jours sur 5 ans. Débutée le 30 décembre 2015, la présente législature a bouclé ses premiers 100 jours ce 7 avril 2016. A l’échelle de la vie d’une institution, 100 jours constituent une goutte d’eau sur le toit, mais dans la symbolique, la 7ème législature a tracé, en si peu de temps, les sillons d’une Assemblée de consensus, ouverte, dynamique et de progrès. Par l’adoption d’un règlement consensuel pour l’Assemblée nationale, le renforcement de la mission de contrôle parlementaire, la réduction des charges du Parlement, le renforcement de la démocratie interne au sein du Parlement, la mise en route d’une diplomatie parlementaire active, l’Assemblée nationale a posé les bases d’un Parlement ouvert, dynamique et transparent dans son fonctionnement.

En effet, des députés burkinabè ont pris part à des rencontres de Parlements communautaires à l’étranger notamment au Parlement de la CEDEAO à Abuja au Nigeria, au Comité interparlementaire (CIP/UEMOA) à Abidjan en Côte d’Ivoire, à l’Assemblée parlementaire paritaire /Afrique-Caraïbes-Pacifique à Bruxelles en Belgique. Dans la même veine, le Chef du Parlement a participé à la 134ème Assemblée de l’Union interparlementaire (UIP) à Lusaka en Zambie.
Dans l’agenda du Président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, plusieurs audiences ont été accordées à différentes personnalités dont des responsables de la société civile, des ambassadeurs, le secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki- moon. L’Assemblée nationale a entamé sa première session ordinaire parlementaire le 02 mars avec un ambitieux ordre du jour qui prendra en charge des sujets pertinents et actuels comme l’amélioration de la gouvernance économique, politique et sociale du pays, la prise en compte des préoccupations des jeunes et des femmes, la prise en charge des défis sécuritaires.

Au cours de ses 100 premiers jours de fonctionnement, la 7ème législature s’est résolument inscrite dans sa mission de voter la loi, de consentir l’impôt et de contrôler l’action gouvernementale dans le strict respect du principe de la séparation des pouvoirs, au bénéfice de ses mandants.

Par Oumarou Mogmenga
info[at]assembleenationale.bf

A lire également :