Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Les défenseurs des droits humains au Burkina Sous la protection de la loi

Le projet de loi portant protection des défenseurs des droits humains au Burkina Faso, a été adopté à l’unanimité par les députés réunis en séance plénière, le mardi 27 juin 2017.

L’adoption du projet de loi portant protection des défenseurs des droits humains au Burkina Faso, permet à notre pays, selon le rapport de la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains, porteur du dossier : « d’offrir un cadre juridique spécifique aux défenseurs des droits humains pour mener librement leurs activités dans le respect des textes en vigueur ; d’internaliser les normes internationales de protection des activités des défenseurs des droits humains dans le dispositif législatif de notre pays ; de règlementer l’activité et de garantir le droit de chacun d’assurer la promotion, la protection et la réalisation des droits humains et des libertés fondamentales ».
Le ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, Garde des sceaux, représentant le gouvernement, Bessolé René Bagoro, a à la suite du président de la GAGIDH, Jacob Ouédraogo, apporté des réponses aux préoccupations des députés. Des préoccupations et des réactions, une dizaine au totale, ayant trait au fait que le texte contient beaucoup de droits et non des devoirs, des amendements en vue de mettre l’accent sur le genre, etc. Pour le ministre Bagoro, ce projet de loi a suivi un long processus. Il est passé deux fois au COTEVAL et deux fois en Conseil de ministre. Le fait d’insister sur les droits, tient du fait que qu’il s’agit surtout de la protection des droits des défenseurs des droits humains. Pour les amendements proposés, la mouture actuelle est en parfaite harmonie avec les textes internationaux.
Le Président de l’Assemblée, tout en reconnaissant la pertinence de certaines observations, a invité la Représentation nationale a voter pour ce projet de loi. C’est à l’unanimité des 98 votants que ledit texte a été adopté.

A lire également :