Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Les députés de la CAGIDH à l’école Des mécanismes et instruments nationaux et internationaux en matière de protection des droits humains

Les députés membres de la Commission des affaires générales, institutionnelle et des droits humains (CAGIDH) sont réunis en atelier de formation du 27 au 29 juillet 2016 à Ouagadougou. La formation qui porte sur le thème « appropriation des mécanismes et instruments nationaux et internationaux en matière de protection des droits humains » est ouverte aux femmes parlementaires. Elle se tient à l’initiative du National Democratic Institute (NDI) en partenariat avec l’USAID.

Cet atelier a pour objectif d’informer et de doter les membres de la commission en connaissances sur les mécanismes nationaux et internationaux existant en matière de protection des droits humains ; de former les commissaires sur les dispositifs de suivi et de contrôle existant ; de situer le rôle et les responsabilités des différents acteurs : gouvernement, société civile, parlement et CAGIDH dans le suivi et le contrôle de ces dispositifs ; d’amener la commission à élaborer une feuille de route pour son suivi – contrôle dans le cadre de la protection et du suivi des textes des droits humains.
Le représentant – résident du NDI, Aminata Kassé, a indiqué dans son intervention que « l’appropriation par les parlementaires des mécanismes nationaux et internationaux en matière de protection des droits humain est primordial pour leur travail au quotidien. Et pour cause, elle permet aux députés d’acquérir l’expertise escomptée pour remplir efficacement leurs fonctions de législation, de représentation et de surveillance ».

Cette activité marque aussi le lancement du programme intitulé « Renforcer les capacités du législatif, et promouvoir la redevabilité et la surveillance parlementaire ». Un programme de soutien de l’Assemblée nationale en deux ans au profit de l’administration parlementaire, de trois commissions et de trois réseaux parlementaires.
Pour le directeur pays de l’USAID au Burkina Faso Jim Parys, les droits humains, s’entendent les droits essentiels qui suppose : le respect des engagements nationaux et internationaux ; l’intégrité physique ; les libertés individuelles et collectives ; l’accès aux moyens sociaux de base. La protection des droits humains est un long processus et les acteurs doivent être formés. Et c’est ce que son pays qui a une longue tradition en la matière souhaite partager avec d’autres Etats du monde dont le Burkina.
Pour le Premier vice – président Me B. Stanislas Sankara, « l’Assemblée nationale, institution à qui la Constitution confère le pouvoir de légiférer, de ratifier les traités et conventions internationaux, est un acteur essentiel de promotion et de défense des libertés, par voie de conséquences, des droits humains ». En cela, cette formation est d’une grande utilité pour mener à bien cette mission.

A lire également :