Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Les députés du Kadiogo à la rencontre de leurs mandants « Les députés doivent être le syndicat des populations ! » Alassane Bala Sakandé

Une délégation parlementaire conduit par le Président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé était à la rencontre des populations des zones périphériques de Ouagadougou et de Saaba. Les députés élus sur la liste du Kadiogo ou originaires de cette circonscription électorale, tout bord politique confondu, étaient de cette délégation qui a parcouru les quatre zones non-loties de la capitale les 25 et 26 novembre 2017.

En adéquation avec la mission constitutionnelle de l’Assemblée nationale qui est de « voter la loi, consentir l’impôt et contrôler l’action du gouvernement », la représentation nationale doit interpeller l’exécutif à tenir compte des aspirations légitimes du peuple burkinabè. C’est l’objectif de ces sorties d’échanges avec les populations des zones non-loties sur leurs préoccupations.
À Djikofè, c’est sur le site de « Nassara terrain » que les habitants des zones non-loties de l’arrondissement 11 et de Saaba ont accueilli la mission parlementaire le samedi 25 novembre 2017. Après cette première étape, les députés avec à leur tête le chef du parlement burkinabè, se sont rendus successivement dans l’arrondissement 7, à Bissighin dans l’arrondissement 8, à Yagma et à Marcousis dans l’arrondissement 9, le dimanche 26 novembre 2017.
D’une zone à l’autre, les préoccupations portées par les populations à travers leurs représentants que sont les coutumiers et les maires ont pratiquement été les mêmes. Des préoccupations, dont l’essentiel porte sur la construction d’infrastructures socio-éducatives et sanitaires, des routes, de l’emploi pour les jeunes, des crédits et de l’eau pour soulager les femmes. Cependant, la doléance qui est revenu partout, reste la levée de la mesure de suspension des lotissements « nous voulons des parcelles ! » scandent les uns, « nous sommes fatigués ! » tambourinent les autres.
À toutes les étapes, le Président Sakandé a tenu a rappelé l’objectif de la mission en ces termes : « nous sommes là aujourd’hui pour échanger directement avec vous, habitants des quartiers précaires sous le signe de la neutralité. La campagne électorale est finie, le vote est terminé, nous, députés du Kadiogo sans distinction de parti politique, il était de notre devoir de travailler dans la communion pour satisfaire les populations qui ont porté leur choix sur nous, les députés doivent être le syndicat des populations  ». Après avoir présenté les membres de la délégation, il a poursuivi en ces termes « nous sommes conscients des réalités que vous vivez ici, c’est pourquoi nous sommes ici présents. Nous avons compris vos préoccupations, l’Assemblée nationale n’a pas de budget pour cela, elle ne peut pas non plus agir à la place des décideurs, mais son rôle premier est d’interpeller et de contrôler. C’est pourquoi, dans l’immédiat, nous prenons l’engagement de revenir incessamment dans vos zones avec le ministre de l’eau, le ministre des infrastructures et celui de la santé pour pallier aux préoccupations urgentes que vous avez posé »
Quant à la levée de la mesure suspensive des lotissements, Alassane Bala Sakandé tout en situant les responsabilités, n’a pas manqué d’assener des vérités « Au niveau de l’Assemblée nationale, nous avons mené une enquête parlementaire sur le foncier. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il y a des problèmes…tout le monde est responsable dans ces problèmes qu’engendrent les lotissements : les maires, l’exécutif, mais les demandeurs de parcelles aussi. Le maire qui vient pour s’enrichir par le fait des lotissements, il ira continuer les lotissements à la MACO. Il faut que ça s’arrête. Deuxièmement au niveau des populations, elles-mêmes, c’est trop facile de réclamer des lotissements, on le fait et les bénéficiaires vendent ces parcelles, achètent des grosses motos, investissent dans le désordre et elles vont encore s’installer plus loin et demander encore à ce qu’on vienne lotir…il faut penser aux générations futures », a martelé l’occupant du perchoir.

Alassane Bala Sakandé a par ailleurs invité les populations à collaborer avec les forces de défenses et de sécurité pour dit-il «  les aider à mieux nous protéger  ».

A lire également :