Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Les parlementaires renforcent leurs capacités en matière de contrôle et de surveillance des finances publiques

Une soixantaine de députés pour la plupart membres de la Commission des finances et du budget (COMFIB) et de la Commission du développement économique et des changements climatiques (CODECC) sont réunis en atelier à Ouagadougou du 24 au 26 mai 2016, pour le renforcement des leurs capacités. Organisé à l’initiative de la Banque Mondiale la formation porte sur le thème : « parlementaires et développement – le contrôle et la surveillance des finances publiques ».

Le programme de formation est axé autour des processus budgétaires, l’amélioration des fonctions de contrôle du Parlement, le renforcement du rôle du Parlement dans la gestion de la dette et la sensibilisation des parlementaires au partenariat de développement entre le Burkina Faso et la Banque Mondiale. La formation comprend également des visites de terrain sur des sites de projets de la Banque Mondiale.
Pour le Représentant – Résident de la Banque Mondiale au Burkina, les députés de la 7ème législature ont besoin d’être outillé pour bien remplir leur mission constitutionnelle de contrôle de l’action gouvernementale. D’où la nécessité de cet atelier. Cheick Fantamaguy Kanté a indiqué que le fait d’avoir accepté de financer cette formation est la preuve de l’importance que son institution attache à la problématique de promotion de la prospérité partagée.

Le président de l’Assemblée nationale a dans son discours d’ouverture salué cette initiative de la Banque qui pour lui se situe dans une perspective historique. Avec les exigences des normes communautaires et au regard du contexte économique actuel, rédiger une loi des finances devient une affaire d’experts et requiert de la technicité. Aussi cet atelier de renforcement de capacité des parlementaires, permettra aux élus nationaux d’examiner les projets de budget et de formuler des recommandations pour un développement durable. C’est en cela a - t – il ajouté que le contrôle budgétaire est nécessaire en démocratie. Il a par ailleurs invité la Banque Mondiale à augmenter son portefeuille et surtout à alléger ses procédures pour les pays comme les notres.

A lire également :