Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Lutte contre le cancer du sein et du col de l’utérus

La devanture du Centre de santé du secteur 10 de Koudougou a servi de cadre à la tenue d’une cérémonie de lancement d’une campagne de dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein, le samedi 10 novembre 2017. Initiée par la députée Henriette Zoumbaré/Zongo, cette campagne vise, in fine, à toucher au moins 1000 femmes du Boulkiemdé. L’élue est aidée dans son initiative par la Direction régionale de la Santé et l’Association des sages-femmes de la région du Centre-Ouest.

« Les cancers du sein et du col de l’utérus restent les plus fréquemment diagnostiqués au Burkina Faso parmi les femmes dont l’âge varie entre 15 et 44 ans et sont la cause première de mortalité due à un cancer parmi la femme. Le cancer du sein est le plus fréquent avec 18,1% au Burkina Faso ». C’est par cette situation inquiétante que la députée Zoumbaré a campé introduit son discours de lancement de ladite campagne. Elle a surtout fait savoir aux femmes présentes ce jour-là que « En plus de causer des dommages collatéraux importants à la famille et à la communauté de la femme atteinte, il (le cancer) constitue un handicap à la pleine participation de la femme à l’économie ».
Cette campagne au dire de son initiatrice vise à toucher 1000 femmes de trois communes du Boulkiemdé : 500 dans la cité du cavalier rouge, 250 à Nanoro et 250 à Kokologho. Les dépistages sont gratuits et mieux, les cas suspects seront suivis.
L’activité n’est pas sans provoquer un satisfecit chez les bénéficiaires qui trouvent là « l’action salvatrice qui éloignera le cancer loin de leurs foyers respectifs ». Micro en main, les yeux pétillant de fierté et la voix tonnante, la représentante des bénéficiaires du secteur 10, Mme Laetitia Yaméogo, a salué cette idée de l’élue de venir secourir ses sœurs et ses filles. Elle a également saisi l’occasion pour demander « aux maris » de suivre et de conseiller leurs épouses afin qu’elles sortent pour le dépistage de ces maladies. Même son de cloche chez le délégué dudit secteur, Paul Zoma, et du président du Comité de gestion du centre de santé et de promotion sociale (CSPS) du 10.
La députée, avant de déclarer la campagne ouverte, a lancé un appel au gouvernement dans le sens d’améliorer les conditions de travail des agents de santé pour mieux lutter contre les cancers de la femme. Elle a même délivré une ordonnancez à cet effet qui se décline comme suit : « former des médecins, des infirmiers, des accoucheurs et maïeuticiens ; former des médecins au traitement des femmes porteuses de légions précancéreuses du col de l’utérus et des cancers invasifs ; informer et éduquer les femmes sur le cancer du col de l’utérus et le comportement préventif ; élaborer une politique nationale en matière de lutte contre le cancer du col dans le curriculum des professionnels de la santé et que le dépistage préventif soit incorporé dans les soins de santé primaires. Henriette Zoumbaré/Zongo pense également que « mettre en place une plate-forme de discussion pour l’inclusion des vaccins contre le Virus du papillome humain (VPH) dans la stratégie de prévention du cancer du col de l’utérus » est aussi une condition importante dans la dynamique de cette croisade contre le cancer.
Avant de quitter les lieux, l’élue a remercié ses collaborateurs sur cette action que sont la Société des sages-femmes de la région, la Société de gynécologie et d’obstétrique du Burkina Faso et la Direction provinciale de la santé de la région du centre-Ouest.
Séance tenante, les femmes du secteur 10 de Koudougou, comme pour exprimer leur approbation du geste de la députée, se sont relayées dans un local du centre de santé pour se faire dépister.

A lire également :