Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Lutte contre les Mutilations génitales féminines La Première dame en plaidoyer auprès des députés pour l’approche éducative

La Coalition nationale pour la promotion de l’approche éducative dans la lutte contre les Mutilations génitales féminines (MGF) au Burkina Faso a entrepris un plaidoyer auprès des députés pour la généralisation de la dite approche. Pour ce faire, sa coordonnatrice Sika Kaboré épouse du chef de l’Etat et le Président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo ont ouvert le vendredi 14 octobre 2016 à l’hémicycle, les 48 heures de rencontres d’information et de sensibilisation des parlementaires sur la généralisation de l’enseignement de contenus sur les mutilations génitales féminines.

Après une phase d’expérimentation de l’enseignement des modules sur les MGF dans 12 écoles des Régions du Centre, du Centre – Ouest, de l’Est, des Hauts – Bassins, des Cascades et du Sud – Ouest et au regard des résultats concluants, des acteurs de la société civile et des pouvoirs publics engagés dans la promotion de l’abandon des MGF, ont mis en place une Coalition avec à sa tête l’épouse du chef de l’Etat Sika Kaboré.
Cette Coalition a ciblé les députés membres de la Commission de l’Education, de la Santé, de la Jeunesse, de l’Emploi, des Affaires Sociales et Culturelles ; le Réseau parlementaire Caucus genre et le Réseau Population et Développement etc. pour le plaidoyer en vue de la généralisation de l’enseignement de contenus sur les MGF. Pendant deux jours, les élus nationaux ont eu droit à des communications et des échanges autours des thématiques comme : la Problématique des MGF, l’approche éducative de la lutte contre les MGF et les activités de la Coalition.
Toutefois les messages forts, ont été donnés à l’ouverture des travaux par la coordonnatrice de la Coalition et le Président de l’Assemblée nationale. Devant des députés, des membres du gouvernement notamment les premiers responsables des départements en charge de l’Education et de l’Action Sociale, les partenaires techniques et financiers, des représentants d’organisations de la société civile…, les intervenants ont salué les résultats atteints en matière de lutte contre les mutilations génitales féminines. Cependant, sa persistance amène les acteurs de la lutte à rechercher d’autres approches.
Selon la coordonnatrice de cette Coalition Sika Kaboré, « l’approche éducative de la lutte contre les MGF est sans conteste une stratégie pertinente pour faire face aux nouveaux développements de la pratique. Elle permettra d’agir simultanément aussi bien sur les enfants, que sur les enseignants et les parents. Elle suscitera ainsi des dynamiques sociales à même d’accélérer l’avènement de la tolérance zéro aux MGF dans notre pays ». Pour se faire a – t – elle poursuivi, « le rôle du député est capital dans sa circonscription électorale. En tant que responsable politique, il est en mesure de créer une synergie de lutte avec tous les acteurs, en collaboration avec les élus locaux ».
En réponse à son message de plaidoyer, le Président de l’Assemblée a salué la justesse de la lutte. Il a renouvelé sa disponibilité à soutenir les efforts des acteurs de cette lutte. L’Assemblée nationale qui a déjà apporté son soutien au Ministère en charge de la question à travers un appui financier ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour se faire, la Représentation nationale se tient prête pour adopter de nouveaux textes de loi en cas de besoin. Et les députés ont été exhortés à ne pas hésiter à accompagner les actions de sensibilisation dans leurs circonscriptions respectives. Salifou Diallo a par ailleurs porté le message de plaidoyer en ses termes : « l’objectif de cette campagne est de contribuer à l’accélération de la généralisation de l’enseignement des contenus des mutilations génitales féminines (MGF) dans le système éducatif de notre pays, j’exhorte les différents ordres d’enseignement à en tenir compte dans leurs programmes respectifs. Plus que jamais, il faut que les tous petits soient éduqués et sensibilisés aux contenus des MGF ».

A lire également :