Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Mathieu B. OUEDRAGO nouveau président de la Haute Cour de justice

A l’issue de la prestation de serment, les six juges parlementaires titulaires et les trois magistrats titulaires du grade exceptionnel ont procédé à l’élection du président et du vice-président de la Haute Cour de justice.

Mathieu B. OUEDRAOGO est le nouveau président de la Haute Cour de justice. Ainsi en ont décidé les membres titulaires de cette haute juridiction, en procédant à son élection. Daniel O. KONTOGOME, magistrat du grade exceptionnel de la hiérarchie judiciaire, est élu vice-président, par huit (8) voix pour et une abstention. C’est par le même nombre de voix, que le député Mathieu B. OUEDRAOGO a été porté à la tête de l’institution. Une élection présidée par le député Juliette BONKOUNGOU/ YAMEOGO, doyen d’âge. En plus du vice-président, cinq autres magistrats dont deux juges titulaires et trois juges suppléants travailleront en étroite collaboration avec les juges parlementaires, qui comptent en leur sein des juristes de renom. Il s’agit respectivement de Jean N. KONDE, de Elisabeth BADO/ SOME, de Elisabeth YANOGO/ SAWADOGO, de Eudoxie HIEN et de Jean R. OUEDRAOGO. Cela devra, aux dires du procureur général, Armand OUEDRAOGO, avoir un impact sur la qualité des décisions rendues.
Sitôt élu, les premiers mots du nouveau président de la Haute Cour de justice sont allés à l’endroit de ses collègues juges, pour l’estime accordée à sa modeste personne. Mathieu B. OUEDRAOGO a ensuite rendu hommage à ses prédécesseurs. Aux justiciables de la Cour, il a rassuré que la HCJ sera profondément respectueuse des droits de la défense et de la procédure applicable devant elle. Au peuple Burkinabè, en quête de justice, il dira, qu’il faut constamment demeurer respectueux des procédures et ménager une patience citoyenne raisonnable pour s’accommoder aux délais souvent irréductibles du processus judiciaire. Enfin, il a magnifié l’engagement et la disponibilité du président du Faso et de l’équipe gouvernementale à faire du Burkina Faso, un véritable pays de justice et de démocratie.

A lire également :