Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Groupes parlementaires  >>   Paix Justice et Réconciliation Nationale (PJRN)

Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN) : les députés se penchent sur la problématique du désenclavement des régions

Le groupe parlementaire PJRN a tenu ses premières journées parlementaires les 24 et 25 février 2017 à Ouagadougou sous le thème « Désenclavement des régions et développement socioéconomique du Burkina Faso ». Les travaux ont été dirigés par la présidente du groupe, Marie Rose Romée Sawadogo.

La question du développement des routes au Burkina Faso revient sur bien des lèvres. L’impraticabilité de certaines voies de communication annihile les efforts de développement entrepris par les différents acteurs. Les groupes parlementaires invités (Burkindlim, MPP, UPC et CDP) à l’ouverture des travaux l’ont reconnu lors de leurs prises de parole. C’est pourquoi, ils ont unanimement encouragé le groupe PJRN à approfondir l’analyse pour sortir des propositions concrètes à même de booster la politique de désenclavement des régions pour accélérer le développement à la base.
Le groupe PJRN n’a pas lésiné sur les moyens, eux, qui se sont attaché les services du Pr. Siaka Ouattara pour les accompagner dans la compréhension du sujet. Pour Députée Marie Rose Sawadogo « Le professionnalisme avec lequel sa communication a été faite nous a permis d’aboutir à une réflexion fructueuse. Nous avons ressorti au cours de nos travaux qu’il y a la nécessité de parfaire la politique nationale en matière d’infrastructures routières pour booster les autres secteurs connexes dont l’essor en dépend. Il s’agit entre autres de l’implantation des unités industrielles dans les régions ». La présidente du groupe se convainc également que le développement de la route au Burkina Faso va faciliter les échanges commerciaux, la mobilité urbaine et même le développement des secteurs sociaux comme l’éducation et la santé.
Au sortir de leurs journées parlementaires, les députés du groupe parlementaire PJRN recommandent : la prise en compte des plans régionaux et communaux de développement dans la réalisation des infrastructures routières financées par les fonds publics ; le renforcement de l’autonomie et des capacités d’intervention des directions régionales des infrastructures ; la mise en œuvre effective des transferts de compétences et des ressources aux collectivités territoriales (régions et communes) pour la réalisation et l’entretien des infrastructures routières et des pistes rurales ; le renforcement du contrôle et du suivi des chantiers routiers impliquant les populations bénéficiaires.