Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Passage du Burkina au Conseil des droits de l’Homme : Gaétan Mootoo d’Amnesty international à l’Assemblée nationale

Le Chercheur d’Amnesty international Afrique, Gaétan Mootoo, a été reçu en audience, le mardi 13 juin 2017, à l’Assemblée nationale, par le 1er Vice-président, Me Bénéwendé Stanislas Sankara. Plusieurs thématiques en lien avec les droits humains ont été abordés au cours de cette entrevue.

Gaétant Mootoo a confié à sa sortie avoir abordé avec le 1er Vice-Président, entre autres, le passage du Burkina Faso devant le Conseil des droits de l’Homme l’année prochaine. Il s’agit d’un processus mené par les Etats, sous les auspices du Conseil des droits de l’homme. Il fournit à chaque Etat l’opportunité de présenter les mesures qu’il a prises pour améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire et remplir ses obligations en la matière. « Nous avons échangé sur les propositions que nous avons déjà faites dans le passé » a précisé l’Expert d’Amnesty International.
Un autre sujet important revenu lors de cette audience est le projet de Constitution qui est va être validé avant d’être soumis au referendum. Sur ce point, M. Mootoo trouve « qu’au sein de cette commission il y a beaucoup d’avancées, notamment sur la peine de mort, le conseil supérieur de la magistrature, la question de la création du CNDH (Conseil national des droits humains) comme une institution ».
Le Chercheur se dit content que « le Burkina Faso ait levé les obstacles financiers en ce qui concerne l’accès aux soins sanitaires même si dans certains hôpitaux on constate qu’il y a un manque de médicaments ». Il dit avoir fait des néanmoins des propositions au président de l’Assemblée nationale dans ce sens.
La question des mariages précoces et forcés et de l’accès à la contraception pour toutes les femmes et les jeunes filles a été, selon l’hôte du jour, un sujet qu’il a tenu a évoqué avec l’autorité parlementaire. « Pour l’instant c’est payant mais nous avons demandé que ces obstacles soient levés » a-t-il souhaité.

A lire également :