Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Premier discours du Premier Ministre Paul Kaba TIEBA sur la situation de la nation

Le vendredi 06 mai 2016 le Premier Ministre Paul Kaba TIEBA était face à la Représentation nationale pour son discours sur la situation de la Nation. Conformément aux dispositions de l’article 109 de la Constitution, le chef du gouvernement a fait aux députés la photographie du Burkina quelques six (6) mois après sa prise de fonction. Un discours suivi de questions réponses. Que retenir de cet événement qui était attendu par toute une nation ?

Deux heures d’horloge pour faire aux députés réunis en séance plénière la situation de la nation à travers un discours contenu dans un document de 42 pages. Une situation du pays pour les quatre derniers mois et qui passe en revue l’ensemble des secteurs d’activités : la politique nationale et le fonctionnement des institutions ; la sécurité et l’autorité de l’Etat ; la justice, les droits humains et la promotion civique ; la lutte contre les crimes économiques ; la défense nationale et la sécurité intérieure ; la gouvernance administrative et locale. Ce sont autant de sujets qui font l’actualité et sur lesquels les burkinabè se posent des questions.

Cependant là où Paul Kaba TIEBA était le plus attendu, c’est la situation économique ou les lignes ne semblent pas avoir beaucoup bouger. Là-dessus le premier Ministre a dit ceci : « l’action gouvernementale au cours de ces quatre derniers mois a été contrainte par la fragilité de la situation économique et financière héritée du gouvernement de la Transition. Nonobstant ces difficultés, mon gouvernement a fait adopter … la loi de finances rectificative pour : prendre en charge les engagements souscrits au nom de l’Etat et non budgétisés ; poser les bases des réformes structurelles indispensables pour mettre le pays sur une trajectoire de croissance forte, durable et inclusive ; mettre en œuvre les mesures sociales d’urgences du gouvernement.
La mise en œuvre prochaine du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), en remplacement de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD), permettra de planifier sur le quinquennat les politiques sectorielles découlant des engagements présidentiels ».

Les questions adressées à Paul Kaba TIEBA à la fin de son discours, par les élus nationaux, ont été organisées par groupe parlementaire avec une repartition de temps de parole en fonction de l’importance numérique de ses groupes : le mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a bénéficié de 30 mn pour ses questions. L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a elle, disposé de 20 mn. Les groupes Burkindlim et Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) ont eu chacun droit à 15 mn de parole. Le groupe Paix, justice et Réconciliation Nationale (PJRN) a eu 10 mn pour ses questions. L’intérêt des députés pour le discours du premier Ministre s’est traduit par le nombre de questions. Des questionnements ayant en majorité porté sur les infrastructures routières, la justice, les mouvements de grève, l’incivisme, l’autorité de l’Etat et les attentes légitimes des burkinabè notamment en matière de développement économique : les prix des produits de grande consommation, l’éducation, la santé etc.
Des questions auxquelles Paul Kaba TIEBA a apporté des réponses et cela pendant deux heures d’horloge. Il a appelé les burkinabè au réalisme et surtout à faire preuve d’esprit de sacrifice pour ensemble travailler au développement du pays. Aucun peuple a – t – il rappeler ne s’est développé sans consentir des sacrifices.
Dans son mot de conclusion, le président de l’Assemblée Salifou DIALLO a dit comprendre qu’en quatre mois le gouvernement ne puisse pas faire des miracles ; Cependant il invite l’équipe de Paul Kaba TIEBA à répondre avec célérité aux attentes légitimes du peuple en termes d’amélioration de ses conditions de vie.

A lire également :