Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Présentation du document de programmation budgétaire Le Burkina se conforme aux normes de l’UEMOA

La plénière du jeudi 21 juillet 2016 à l’Assemblée nationale, a été consacrée à la présentation du document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2017 – 2019. Un exercice pour lequel, la Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadiza Rosine COULIBALY/SORY était devant les députés pour exposé ledit document et répondre aux interrogations de la Représentation nationale.

La séance a consisté en l’audition du gouvernement représenté par la ministre de l’économie, des finances et du développement et au débat en plénière à travers les questions et les réactions des députés suivi des réponses du ministre.
Dans sa présentation Hadiza Rosine COULIBALY/SORY a d’abord justifié la tenue de l’exercice auquel, elle se plie en livrant aux parlementaires les résultats du Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle (DPBEP) pour la période 2017-2019. Aux termes des articles 15 et 59 respectivement de la loi portant code de transparence et de la loi organique portant loi de Finances, il est fait obligation au Gouvernement de procéder à un débat d’Orientation Budgétaire (DOB) devant le Parlement. Ce débat porte sur le DPBEP qui vient en remplacement du Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) global.
Elle a ensuite livré devant la Représentation nationale, le contenu du document structuré en trois grands points à savoir : le contexte d’élaboration du DPBEP 2017-2019 ; les projections budgétaires issues du DPBEP 2017-2019 et les priorités et orientations au titre du budget 2017.

L’élaboration du Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle 2017-2019, a dit Madame COULIBALY/SORY s’est faite dans un contexte national et international bien définis. Sur le plan international, l’environnement économique est « marqué par une reprise modeste de l’activité économique en 2016 ». Au niveau national, « l’activité économique connaitrait une reprise en 2016, soutenue par le secteur manufacturier et les services qui devraient retrouver de la vigueur après la tenue des élections et l’entrée en service de deux nouvelles mines d’or ».
Trois (03) scénarii a poursuivi la ministre en charge de l’économie ont sous-tendu l’élaboration du DPBEP 2017-2019. Des scénarii qui se déclinent comme suit :
-  le scénario optimiste qui trouve ses fondements dans les hypothèses favorables à la croissance économique à travers la mise en œuvre des actions du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) ;
-  le scénario pessimiste qui se fonde sur les hypothèses de survenue d’évènements perturbateurs dans l’activité économique et ;
-  le scénario tendanciel qui tient compte des capacités réelles des régies de recettes dans la mobilisation de ressources et qui cadre avec les objectifs d’investissement du Programme Présidentiel.
Le projet de budget de l’Etat, exercice 2017 en cours d’élaboration est basé sur les hypothèses du scénario tendanciel car il présente plus de réalisme dans l’évaluation tant des ressources que des charges pour une plus grande crédibilité du budget.
Elle a terminé son exposé par les priorités et mesures d’accompagnement au titre du budget 2017. Les priorités du budget 2017 s’articulent autour des axes stratégiques du PNDES suivants : réformer les institutions et moderniser l’administration ; développer le capital humain et enfin dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi.
Des mesures permettant de mobiliser des ressources internes et des ressources extérieurs, de maîtriser la dépense publique ont enfin été identifiées comme mesures d’accompagnement du budget 2017.
Le débat général a été animé par des questions et enrichissements apportés par une dizaine de député. Les interventions ont porté sur l’ensemble des secteurs de l’économie et du social : notamment le secteur minier, la santé et les infrastructures sanitaires, la promotion de l’alphabétisation, les collectivités territoriales, la transformation des produits agricoles, la promotion des cultures de rentes, l’accès à l’eau potable, l’emploi des jeunes.
Réagissant à son tour sur le document présenté par la ministre de l’Economie, des finances et du développement le Président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo qui a présidé les travaux a trouvé qu’il s’agit d’un document classique, qui ne peut pas nous permettre d’amorcer le développement véritable. Il faut que le gouvernement ait de l’audace et de l’imagination, pour à l’instar des dragons asiatiques avoir une vraie croissance à deux chiffres. Il faut revoir à travers le PNDS nos grandes ambitions.
La ministre Hadiza Rosine COULIBALY/SORY a apporté les réponses aux questions et réagi aux commentaires faits par les députés.

A lire également :