Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Promotion de la nutrition infantile des parlementaires de 20 pays s’engagent à Ouagadougou

« Promotion de la nutrition de la Mère et de l’enfant en Afrique de l’Ouest et du Centre », tel est le thème d’un séminaire parlementaire inter-régional qui s’est ouvert le mardi 27 juin 2017, à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture, de la rencontre co-organisée par l’Union interparlementaire (UIP) et le Fonds des nations-unies pour l’enfance (UNICEF), avec le soutien de l’Assemblée nationale du Burkina Faso a été présidée par le chef du parlement burkinabè, Salifou Diallo.

Cinq allocutions ont ponctué l’ouverture des travaux de cette rencontre qui réunit dans la capitale burkinabè, des parlementaires d’une vingtaine de pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi que du Canada. Première à prendre la parole, la Représentante – résidente de l’UNICEF au Burkina, Anne Vincent, a fait une présentation sur les formes de malnutrition, avec un accent sur la malnutrition chronique ou retard de croissance, ses causes et ses conséquences et surtout la nécessité pour tous de fédérer les énergies pour éradiquer ce phénomène, qui plombe le développement de nos Etats.
A la suite de cet exposé, la coordinatrice du Mouvement Scaling Up Nutrition (SUN) Gerda Verburg, le Directeur Pays, Alive & Thrive, Adama Thiombiano et le Représentant de l’Union interparlementaire (UIP), Amadou Cissé, ont chacun dans son allocution, exhorté les participants à lutter contre la malnutrition, cause des décès de 45% des enfants de moins de 5ans en Afrique de l’Ouest et du Centre. Les intervenants ont par ailleurs insisté sur la nécessité pour les pays de mettre en place des programmes multisectoriels de lutte contre les différentes formes de malnutrition.
Le président Salifou Diallo, a engagé l’ensemble des parlementaires présents à l’action. « Nous ne sommes pas là aujourd’hui pour égrener des statistiques macabres ni pour se lamenter d’un constat effrayant. Non, bien au contraire. Nous sommes là pour contribuer à un changement de paradigme voire de politique et pour mettre l’Afrique au cœur de la mise en œuvre de solutions appropriées ».
A travers les communications programmées, le séminaire de Ouagadougou, entend dresser un diagnostic conséquent de la situation de la malnutrition dans bien des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et surtout, faire des recommandations pertinentes qui permettront l’élaboration de stratégies pour une meilleure lutte contre la malnutrition en Afrique.

A lire également :