Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Redevabilité : Le Député Marc Zoungrana rend compte à sa base

Il leur avait promis, pendant la campagne électorale, de revenir régulièrement rendre compte de son action s’il est élu. Eh bien, il l’a été sous la bannière du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dans l’Oubritenga (Plateau central) ! En retour, il a tenu sa promesse. En effet, du 26 au 29 janvier 2017, le Député Marc Zoungrana, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est allé échanger avec les populations de Dapelgo, Ourgou-Manèga, Absouya, Nagréongo, Zitenga, Loumbila et Ziniaré sur les activités parlementaires de la première année de la 7ème législature

De plus en plus, les élus comprennent que la redevabilité est un principe communicationnel dans la gouvernance. Cet exercice permet à l’élu de rendre compte de son action au citoyen et en retour, ce dernier apprécie et formule s’il y a lieu des observations. Le député Marc Zoungrana n’est pas un néophyte en la matière. Lui qui, sous la casquette de maire, (Dapelgo, élections 2012), s’était familiarisé à cette forme de communication publique.

Par ailleurs, l’ancien édile, dès son élection au parlement, fait de la communication avec les citoyens en ligne, un impératif quasi quotidien, sur sa page Facebook. «  Les citoyens ont le droit de savoir ce que son député fait en son nom  » ne cesse de répéter ce député pour justifier sa disponibilité à discuter et à éclairer sur des questions de la gouvernance.
C’est le même entrain et le même engagement qui l’ont conduit dans son fief électoral pour échanger avec les citoyens à tous les niveaux. De Dapelgo, à Ziniaré en passant par Ourgou-Manèga, Absouya, Nagréongo, Zitenga et Loumbila, il a prévenu avant tout discours que : « Je ne m’adresse pas aujourd’hui à mes électeurs bien que promesse a été faite de revenir discuter des questions parlementaires avec eux. Je m’adresse à tous les citoyens sans distinction de leur appartenance politique.

Le député est un élu national. Les questions que je vais évoquer ici sont d’ordre national ». Et lesdites questions ont tourné autour de la présentation de l’Assemblée nationale et de ses activités. Les populations qui, pour la plupart, ont avoué ne pas comprendre grand-chose dans l’action parlementaire ont appris comment fonctionne leur Assemblée, le rôle du député, le processus de vote d’une loi, la constitution et le rôle des commissions, etc. En sus, «  Missié le maire » comme les nostalgiques l’appellent affectueusement, ont compris également que durant 2016, leurs élus ont pu voter 65 lois et adresser 105 questions aux ministres. L’orateur du jour a également évoqué les travaux de commission d’enquête parlementaire sur le foncier (auxquels il a pris part), les parlements communautaires dont l’UEMOA dont il fait partie, etc. Des lois, votées, député Marc Zoungrana s’est appesanti sur celles qui touchent directement les populations. Il s’agit de celle portant allègement des conditions d’exécution des projets, programmes et activités de développement ; des lois de finances rectificative de la loi de finances gestion 2016 ; de la loi portant promotion et protection des droits des personnes âgées ; des lois portant création de tribunaux, etc.

Les populations ont positivement apprécié les échanges par des acclamations. En retour, elles ont interpellé le député sur leurs préoccupations. Ce sont principalement, l’accès à l’eau potable et à l’eau de production, l’emploi des jeunes, l’insécurité, le terrorisme. Ces attentes, l’élu a tenu à le souligner, sont déjà une préoccupation de l’exécutif qui, de concert avec les communes est entrain de planifier un certain nombre d’actions. Les députés, eux, at-il ajouté, se sont chargés, comme ils l’ont déjà fait avec le vote des lois sur les marchés publics et les conditions d’exécution des projets, de favoriser l’accélération des activités. « C’est pourquoi, mes collègues et moi-même restons ouverts à toutes idées de lois qui puissent permettre de lever et de résoudre tout problème qui touche la vie des populations ».
A l’étape de Loumbila, les participants ont relevé un problème qui les tient à cœur : le traitement des informations par les radios locales. Ils reprochent à celles-ci de ne pas être fidèles quand ils reprennent et commentent le contenu des journaux si fait que les informations sont tronquées ou transformées et sont susceptibles de créer tôt ou tard des conflits.
A toutes ces préoccupations, Député Marc dit avoir pris acte et les transmettra à qui de par les canaux appropriés.
A l’issue de la tournée, l’élu a confié être satisfait du déroulement de l’activité. Il a promis multiplier ces échanges pour une véritable appropriation de la démocratie par les communautés à la base.

A lire également :