Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Les Echos de l’Assemblée nationale  >>   Numéro 000

Plus de 2 milliards F CFA d’économie pour le trésor public

Le 19 janvier 2016, les députés de la 7ème législature ont consenti à une réduction de leurs émoluments à hauteur de 19%. Une mesure qui permet à l’Etat burkinabè d’économiser plus de deux milliards de francs CFA sur les cinq ans.

Consécutivement à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, au coup d’Etat du 16 septembre 2015 et aux attaques terroristes du 15 janvier 2016, les députés de la 7ème législature ont pris des mesures en signe de solidarité avec le peuple burkinabè mais aussi de bonne gouvernance. En effet, les élus nationaux ont décidé de revoir à la baisse leurs émoluments de 19%. Cet abattement sur leur salaire mensuel durant le présent mandat permettra d’économiser par an environ 390 millions de francs CFA. Grâce à la mesure prise par l’Assemblée nationale, l’Etat fera une économie de deux milliards de francs CFA. Une économie qui permettra de prendre en charge nombre de secteurs de développement.

Au cours du point de presse, le président Salifou Diallo a souligné que cette décision prise à l’unanimité des députés et dans le consensus se veut une marque de solidarité avec le peuple dont la majorité vit en dessous du seuil de pauvreté. Elle est également un signal fort pour la bonne gouvernance. En soi, la baisse de salaire des députés constitue un sacrifice entrant dans le cadre de la réduction du train de vie du parlement. Sous la houlette de son Président Salifou Diallo, le parlement s’inscrit résolument dans la réduction des charges diverses de l’institution. Ces réductions traduisent une clairvoyance de la nouvelle Assemblée nationale issue des élections libres et transparentes du 29 novembre 2015. Elles sont aussi une contribution des députés à la lutte émancipatrice du peuple burkinabè.

Par ailleurs, le président Salifou Diallo a annoncé la prise d’une résolution invitant le gouvernement à attribuer une pension aux ayants droit des martyrs des 30 et 31 octobre 2014 ainsi que ceux du coup d’Etat du 16 septembre 2015. Des résolutions mémorables qui sont à saluer en ce qu’elles participent à la rationalisation des dépenses publiques, à la transparence, et le peuple burkinabè peut aussi être fier de s’être offert une Assemblée nationale visionnaire.

A lire également :