Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Statut des agents de l’Assemblée nationale : La loi sur la fonction publique parlementaire adoptée

L’Assemblée nationale a adopté le mardi 23 mai 2017, en séance plénière, une proposition de loi portant statut de la fonction publique parlementaire. Riche de 244 articles, elle sécurise juridiquement les emplois de l’administration parlementaire.

Longtemps attendue par les travailleurs de l’administration parlementaire, c’est avec satisfaction que les désormais fonctionnaires de l’Assemblée nationale ont assisté à l’adoption de la loi portant organisation et fonctionnement de la fonction publique parlementaire. Cette loi qui a suscité tant d’engouement met fin aux inquiétudes maintes fois ressenties par ces derniers lorsque l’institution parlementaire se trouve être mise à mal par des soubresauts politiques. Cette loi, en plus du fait qu’elle sécurise juridiquement les emplois, permet de renforcer également les principes et règles déontologiques, uniformise le statut des agents de l’administration parlementaire (tous deviennent fonctionnaires), institue le principe de la formation continue la création de la catégorie P etc. Pour le secrétaire général du syndicat autonome du personnel de l’Administration parlementaire (SYNAPAP), Albert Kambiré, la satisfaction ne s’aurait être totale avec l’adoption de la proposition de loi. Car elle en est seulement à la première étape. « La seconde ouvre la voie à ce que les textes d’application majeures de ce statut soit adoptés selon la vision du SYNAPAP » a- t- il ajouté. Pour lui, les négociations se poursuivent avec les autorités pour que la vision qui est que les travailleurs de l’Assemblée nationale aient des meilleures conditions de vie et de travail, que le minimum puisse être satisfait en ce qui concerne les questions salariales et indemnitaires.
La proposition de loi sur le statut de la fonction publique parlementaire a été portée entre autre par un ancien fonctionnaire du Parlement, aujourd’hui député à l’Assemblée nationale. A en croire L’honorable Alphonse Nombré, son engagement se fonde sur la nécessité de la sécurisation de l’emploi des agents de l’Assemblée nationale. « Les gens ont tendance à croire que ces travailleurs sont des agents à part ? Non, ce sont des agents publics de l’Etat, parce que l’Assemblée nationale elle-même fait partie de l’Etat », a-t-il soutenu.
On le sait, aux termes de l’article 84 de la Constitution du Burkina Faso, « L’Assemblée nationale vote la loi, consent l’impôt et contrôle l’action du gouvernement ». De façon pratique, ces missions sont remplies par des députés de sensibilité politique diverses qui exercent un mandat de cinq ans. Toutefois, ces missions dévolues au Parlement ne peuvent être pleinement réalisées par les seuls élus qui le composent. C’est pourquoi, le besoin de disposer d’une administration parlementaire permanente, professionnelle, politiquement neutre et soucieuse de la bonne exécution de sa mission d’intérêt général s’est fait sentir.

A lire également :