Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Les Echos de l’Assemblée nationale  >>   Numéro 000

La solidarité des députés dans les hôpitaux

Une délégation des députés de la 7ème législature conduite par le président Salifou Diallo a rendu visite, le 20 janvier 2016, aux blessés des attentats en soins à l’hôpital Yalgado Ouédraogo et à l’hôpital national de Tengandogo. Les députés ont témoigné aux malades, à leurs familles et au personnel soignant la solidarité et le soutien de la Représentation nationale. Au centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo, premier site de la visite, la délégation des députés avec à sa tête le Président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, a été accueillie par le directeur général de l’hôpital, Robert Bibia Sangaré et ses collaborateurs. Une présentation sommaire a été faite aux députés sur les conditions de prise en charge des victimes de l’attaque terroriste du 15 janvier 2016. Les députés ont ensuite rendu visite aux blessés encore hospitalisés au service des urgences traumatologiques. C’est par un entretien avec le personnel soignant et avec la cellule de prise en charge psychologique qu’a pris fin la première étape de la visite.

Les députés ont ensuite rallié l’hôpital national de Tengandogo où ils ont également rendu visite aux blessés des attaques terroristes du 15 janvier. Les parlementaires ont également eu des échanges avec le personnel médical de l’hôpital. Selon Alexandre Sanfo, responsable du centre, « la visite de l’Assemblée nationale vient réconforter les blessés et encourager les familles et le personnel soignant ».

A chacune des deux étapes, le Président de l’Assemblée nationale a exprimé des mots de reconnaissance, de solidarité, de soutien et d’encouragement à l’endroit des travailleurs.« Nous voulons vous féliciter, mais aussi vous encourager. Vous avez fait preuve de professionnalisme et de patriotisme. L’Assemblée nationale, par ma voix, tient à vous remercier publiquement, vous qui avez pris très tôt des mesures afin de soulager les patients et d’amoindrir les pertes en vies humaines », a-t-il dit.

A lire également :