Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Visite de l’Ambassadrice de bonne volonté Sika Kaboré à l’Assemblée « Je suis venue présenter mon attestation aux autorités parlementaires »

La Première Dame, Sika Bella Kaboré, a reçu a été nommée Ambassadrice de bonne volonté par le Comité inter africain sur les pratiques traditionnelles ayant effets sur les femmes (CIAF). Elle est venue, accompagnée de la Sud-Coréenne, Mme Nam Hee Kim, Présidente du groupe internationale des femmes pour la paix, présenter cette distinction aux autorités parlementaires, le mardi 30 mai 2017. C’est le 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, qui l’a reçue.

« Pour son engagement sans réserve à l’atteinte du but et des objectifs du comité inter africain et l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants » telle est libellée sur l’attestation présentée à l’autorité parlementaire, la raison de la distinction de Mme Kaboré, épouse du Chef de l’Etat.
Elle a confié à sa sortie d’audience être venue recueillir les conseils, les bénédictions et les encouragements du chef du parlement pour cette mission qui vient de lui être confiée par le CIAF. « C’est aussi une occasion pour moi de venir présenter Mme Nam Hee Kim, présidente du groupe internationale des femmes pour la paix, ambassadrice de bonne volonté du comité inter africain pour, l’Asie, qui est venue me soutenir dans le cadre de mon installation » a précisé la nouvelle ambassadrice.
Le Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles ayant effets sur la santé des femmes
est une instance internationale qui regroupe plus de 40 pays. Au Burkina Faso, ce comité intervient dans la lutte contre l’excision et les pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants.
Sika Kaboré, nouvellement nommée ambassadrice de bonne volonté de l’organisation, pour le Burkina, a été installée le lundi 29 mai 2017 à Ouagadougou. Sa nouvelle mission est de lutter contre les Mutilations génitales féminines (MGF) notamment l’excision au Burkina. Travailler à rallier les pays qui ne sont pas encore dans la lutte est une autre mission à laquelle elle ne va pas se déroger.

A lire également :