Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Yaoundé, Une rencontre pour renforcer la collaboration entre les institutions supérieures de contrôle et leurs parties prenantes

Le mardi 29 mars 2016 s’est ouvert à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, un colloque international placé sous le thème : « Communication et gestion des relations entre les institutions supérieures de contrôle et leurs parties prenantes externes clés ».

Les institutions supérieures de contrôle (ISC), faut-il le rappeler, sont membres du Conseil régional de formation des finances publiques de l’Afrique francophone subsaharienne (CREFIAF). Le CREFIAF qui a été porté sur les fonts baptismaux en 1997 à Yaoundé, avec comme but principal, le renforcement des capacités des ISC. Les Parlements, les médias, la société civile, les organisations professionnelles, académiques et les partenaires techniques et financiers, pour ne citer que ces exemples, constituent les parties prenantes de ces institutions de contrôle.
Pendant 72h, les participants au colloque de Yaoundé passeront en revue les bonnes pratiques internationalement reconnues en matière de communication et l’impact des travaux des institutions de contrôle dans la vie du citoyen. Ils partageront également les expériences en vue de permettre aux ISC, à savoir, les services du contrôle supérieur de l’Etat, les Cours et les chambres des comptes, de s’acquitter efficacement de leur mission de contrôle des finances publiques de l’Etat.

Notons qu’une délégation Burkinabè prend part aux assises de Yaoundé. Il s’agit de Tibila KABORE, président de la Commission des Finances et du budget (COMFIB) de l’Assemblée nationale, de Herbert N. TRAORE et de Moumounou DAO, respectivement premier président et conseiller de la Cour des comptes, de Christophe Compaoré, personne ressource du réseau de lutte anti-corruption et de André ZONGO, directeur de l’administration et des finances de la radiodiffusion et télévision du Burkina (RTB).
La tenue du présent colloque a été rendue possible, grâce à l’appui de la Banque mondiale, qui n’est pas à son premier geste. Sa directrice des opérations au Cameroun a salué la pertinence du thème de la rencontre. A sa suite, Souleyman H. TAHIR, le président du CREFIAF, président de la Cour des comptes du Tchad et Rose MBA ACHAH FOMUNDAM, ministre déléguée à la présidence de la République, chargée du contrôle supérieur de l’Etat, ont tour à tour traduit leurs gratitudes aux responsables de l’institution financière pour les efforts qu’ils ne cessent de déployer pour soutenir les institutions supérieures de contrôle, dans leur quête de professionnalisme, à travers le CREFIAF. Le ministre délégué a ensuite invité les participants à suivre avec la plus grande attention les différentes communications afin de formuler des recommandations pertinentes, au terme de leurs travaux.

A lire également :