Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Bala Sakandé face aux Burkinabè d’Egypte : « ayez des gestes de solidarité à l’endroit des parents restés au pays ! »

Le dimanche 13 mai 2018 le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, assisté de l’Ambassadeur du Burkina Fao auprès de l’Egypte, Alassane Moné, a rencontré les ressortissants burkinabè en Egypte. Les échanges ont porté sur les conditions de vie de la diaspora et sa contribution au développement de leur mère patrie. Le Chef du parlement, au sortir de cette rencontre, s’est dit édifié par l’engagement des compatriotes à s’intéresser à la vie de leur Pays natal.

« La communauté burkinabè vivant en Egypte est forte d’environ un millier de personnes vivant essentiellement au Caire et à Alexandrie. La majorité de nos compatriotes est arrivée ici dans le cadre des études islamiques pour lesquelles l’Université Al-Azhar du Caire accueille un peu plus de 250 étudiants burkinabè ». C’est par ces mots que l’Ambassadeur Alassane Moné a présenté la communauté, à l’entame de la rencontre. Il a ajouté que « notre communauté vit en symbiose et représente dignement le pays qu’ils aiment tous, le Burkina Faso ».
Tous autant qu’ils sont, s’intéressent à la vie sociopolitique de leur nation d’origine. Ils l’ont fait savoir lors de la rencontre avec le Président de l’assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. A l’entame de la rencontre, c’est le président de l’Association des étudiants burkinabè en Egypte, Houd Zoungrana, qui a pris la parole pour remercier les autorités parlementaires d’avoir voulu leur rendre visite. Il a ensuite salué la disponibilité et la qualité de la collaboration avec les compatriotes. Pour finir, M. Zoungrana a cité quelques-uns de leurs problèmes. Ce sont notamment, la question des bourses d’études et le suivi de leur plate-forme de doléances adressée au Président Roch Marc Christian Kaboré en juin 2017. Ces préoccupations portent sur la reconnaissance des diplômes des étudiants arabophones ; la mise en place d’un système de formation en français au bénéfice des étudiants formés en arabe ; l’établissement de relations avec l’enseignement supérieur égyptien ; les problèmes des bourses et d’établissement des documents administratifs.

A sa suite, d’autres membres de la communauté se sont exprimés sur divers sujets touchant à leur vie à celle de la nation. Le vote des Burkinabè de la diaspora, la gestion des biens publics, le port du voile à l’école, les actes de naissances, l’exploitation de l’or, l’incivisme, l’utilisation peu orthodoxe des réseaux sociaux et des émissions interactives, ont été autant de sujets qu’ils ont voulu évoquer avec Bala Sakandé. Dans sa verve qu’on lui connaît, Alassane Bala Sakandé n’a pas fait dans la dentelle. Le langage franc, le style direct, le Président de l’Assemblée nationale a joué son rôle de sensibilisation, soulevant à chaque diatribe bien agencée une salve d’applaudissements. Il s’est surtout appesanti sur l’incivisme, le terrorisme et les grognes sociales qui sont de nature à empêcher le bon déroulement du programme de développement du Président.
Par ailleurs, Alassane Bala Sakandé n’a pas manqué de saluer l’intelligence avec laquelle la communauté vit et respecte le pays des pharaons. Il les a invités à continuer dans ce sens car « c’est ainsi qu’ils gagneront ce qu’ils cherchent, c’est ainsi qu’ils feront respecter le Burkina Faso ». Evoquant la disette qui menace le Faso, le Chef du Parlement a rassuré ses compatriotes, les informant que le gouvernement a pris des mesures palliatives. « Néanmoins, pour ceux qui le peuvent, ayez des gestes de solidarité à l’endroit des parents restés au pays » a-t-il souhaité.

A lire également :
 
 
Multimédia