Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Hémicycle  >>   Comptes rendus analytiques

COMPTE RENDU ANALYTIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU VENDREDI 22 DECEMBRE 2017 A 16 HEURES

Président de séance :
Monsieur Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale

Secrétaires de séance :

– Monsieur Bachir Ismaël OUEDRAOGO
Troisième Secrétaire parlementaire

– Monsieur Sangouan Léonce SANON
Cinquième Secrétaire parlementaire

Ordre du jour :

clôture de la deuxième session parlementaire ordinaire de l’année 2017.

La séance plénière du vendredi 22 décembre 2017, consacrée à la clôture solennelle de la deuxième session parlementaire ordinaire, a débuté à 16 heures 20 minutes.

1. Le quorum

La vérification des présences a donné le quorum suivant :

-  absents excusés : 15
-  absents non excusés : 09
-  députés présents : 103
-  procurations : 10
-  votants : 113

2. Le discours de clôture du Président

Dans son adresse, le Président de l’Assemblée nationale a d’abord salué la présence d’éminentes personnalités représentant des pays amis et d’organisations internationales et interafricaines à cette cérémonie de clôture de la deuxième session ordinaire de l’année 2017.

Selon lui, la session parlementaire s’est achevée dans un contexte mondial marqué par le ralentissement de l’économie, l’exacerbation des tensions régionales et la détérioration de la sécurité collective. Cette conjoncture internationale a poussé des milliers d’Africains vers le phénomène migratoire à la quête d’un hypothétique eldorado au prix de traitements inhumains et au péril de leur vie, tel ce marché aux esclaves en Lybie.

La scène internationale connaît d’autres tensions, dont la plus redoutable aujourd’hui est le bras de fer qui oppose les Etats-Unis et la Corée du Nord, sur des essais nucléaires. Sur cette menace de la sécurité internationale, le Président a lancé un appel à l’Etat de Piong-Yang à privilégier le dialogue.

Parlant de la situation nationale, il a relevé qu’elle est marquée par la persistance des attaques terroristes. Il a salué la mémoire des nombreuses victimes burkinabè comme étrangères qui ont perdu la vie lors de ces attaques. Il a également félicité le courage et l’abnégation des forces de défense et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme. Il a exhorté le gouvernement à mettre diligemment en œuvre les résolutions et recommandations issues du Forum national sur la sécurité.

En outre, l’incivisme généralisé menace d’annihiler les efforts de développement et de cohésion sociale. C’est pourquoi, à la suite du Président du Faso, le Président de l’Assemblée nationale a lancé un appel au « nécessaire changement des mentalités, au sursaut citoyen et à l’attachement de l’intérêt général ».

Par ailleurs, le front social a été marqué par des grèves et mouvements d’humeur à répétition. Aussi, il s’est indigné, malgré la main tendue du gouvernement et sa disposition sans cesse renouvelée au dialogue, que certains syndicats aient choisi d’inscrire leurs actions dans la logique du rapport de force.

C’est pourquoi, il a invité les syndicats à la retenue et au respect des textes qui encadrent la grève. Il les a exhortés au dialogue avec le gouvernement afin de formuler les termes d’un moratoire dans l’intérêt de tous. Quant au gouvernement, il l’a invité à créer les conditions d’un dialogue franc et sincère avec les partenaires sociaux et au respect de ses engagements pris.

Relativement à la campagne agricole qui a connu un déficit céréalier d’environ 170 000 tonnes, le Président a invité le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires afin de combler au plus vite ce déficit céréalier. Il faudrait surtout accélérer les réformes vers une agriculture à même de garantir la sécurité alimentaire à tous.

Néanmoins, il a évoqué des notes de satisfaction, tels la poursuite de la consolidation de l’Etat de droit, le renforcement du processus démocratique et la promotion du développement participatif.

Abordant les travaux de la deuxième session ordinaire marqués principalement par le débat budgétaire et l’adoption de la loi de finances, le Président a indiqué que le budget de l’Etat, exercice 2018, prend en compte l’essentiel des aspirations des populations pour un mieux-être. Ce budget traduit également la volonté de l’Etat d’établir les possibilités de financement, en mettant l’accent sur la mobilisation des ressources intérieures.

En plus de la loi de finances, la session a vu la mise en place de la Chambre d’appel de la Haute cour de justice et le renouvellement consensuel du Bureau de l’Assemblée nationale et des commissions générales. En outre, 14 lois et 05 résolutions ont été adoptées, 04 questions d’actualité, 08 questions orales et 01 question écrite ont été adressées au gouvernement. Par ailleurs, 03 commissions d’enquête parlementaire ont restitué les résultats de leurs travaux. Il s’agit des commissions d’enquête parlementaires sur les systèmes d’enseignement et de santé et sur les maîtrises d’ouvrages délégués au Burkina Faso. Concernant les insuffisances et manquements constatés par ces enquêtes parlementaires, il a recommandé au gouvernement que toutes les mesures soient prises pour rétablir le peuple dans ses droits.

Au niveau international, les parlementaires ont participé à la 137e Assemblée générale de l’Union interparlementaire, du 14 au 18 octobre 2017 en Russie ; à la 40e Conférence ainsi qu’à la 71e Session du comité exécutif de l’Union parlementaire africaine, tenue du 6 au 11 septembre à Ouagadougou ; et aux activités des parlements intercommunautaires de la CEDEAO, du Parlement panafricain et du Comité interparlementaire de l’UEMOA.

En matière de devoir de redevabilité, le Président a informé la plénière que pour sa part, il a entrepris des tournées de prise de contact avec les populations de certains quartiers périphériques de la capitale et de l’intérieur du pays, notamment Bobo-Dioulasso en vue de s’enquérir des préoccupations de ces vaillantes populations.

Avant de déclarer close la deuxième session ordinaire de l’année 2017, le Président, au nom de la Représentation nationale, a souhaité un joyeux Noël aux chrétiens du Burkina Faso et du monde entier, ainsi qu’une bonne et heureuse année à tous les amis du Burkina Faso et à tous les compatriotes.

La séance plénière a pris fin à 17 heures 03 minutes.

Ouagadougou, le 26 décembre 2017.

Le Président

Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale

Le Secrétaire de séance

Bachir Ismaël OUEDRAOGO
Troisième Secrétaire parlementaire

A lire également :
 
 
Multimédia