Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Commission des Finances et du budget (COMFIB) Un nouveau programme d’une cinquantaine d’activités pour 2018

C’est à Koudougou que les députés membres de la Commission des finances et du budget COMFIB) se sont retirés, du 15 au 18 février 2018, pour examiner leur rapport d’activités de 2017 et dresser un programme pour cette année. Les travaux, lors de cette retraite, ont été dirigés par le tout nouveau président de cette commission, Sirima Bissiri.

La COMFIB a été l’une des commissions les plus sollicitées au cours de 2017. Elle a travaillé sur 10 projets de lois dont neuf ont connu une adoption en plénière et un retiré par la suite par le gouvernement. Il s’agit, entre autres, des projets de lois, portant création de l’ordre national des conseillers fiscaux et réglementation de la profession de conseil fiscal au Burkina Faso (adopté le 04 mai 2017) ; portant création d’un établissement public à statut spécial dénommé Caisse des dépôts et consignation (adopté le 09 mai 2017) ; de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2017 (adopté le 09 mai 2017) ; relatif au crédit-bail au Burkina Faso (adopté le 22 mai 2017). Il est à noter que la Loi PPP, entendons, loi portant conditions d’exécution du programme des projets de partenariats public privé, adoptée le 03 juillet 2017, a été examinée par cette commission lors de la 2ème session extraordinaire de 2017.

Saisie pour 30% des lois votées
La COMFIB a également donné son avis sur 05 projets de lois au cours de l’année écoulée. En termes de participation à la production des lois votées à l’Assemblée nationale en 2017, la commission estime à 30% son apport. Un motif de satisfaction dont son 1er Vice-président, Moussa Tindano en est fier : « Cette performance est en partie liée au dynamisme mais également aux activités non législatives auxquelles ont pris part les membres de la commission. Il s’agit notamment, des sessions de formation et de renforcement de capacités des députés de la COMFIB, organisées en collaboration avec des partenaires tel que le National democratic institute (NDI) ». Un autre ingrédient qui a permis l’atteinte des résultats de la commission est la participation de certains de ses membres à des rencontres de partages d’expérience et de formation à Niamey, Yaoundé et Abidjan, en 2017. Nonobstant cette luisance, le député Tindano pointe du doigt quelques aléas qui n’ont pas permis à la commission d’être plus productive. Il cite précisément l’insuffisance des moyens alloués à la structure et le peu de dynamisme de certains de ses membres.
Quid de 2018 ?
Cette année, la COMFIB tient à répondre encore plus aux attentes de la population, en articulant ses activités en cinq principaux objectifs : Traiter dans les délais, les projets et propositions de lois affectées ; contrôler l’action du gouvernement ; renforcer les capacités des députés et du personnel d’appui ; assurer la visibilité et le pilotage performant de la COMFIB ; assurer la redevabilité de la gestion de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas tout. La commission compte mener, selon son premier responsable, Sirima Bissiri, d’autres activités comme « la révision du questionnaire budgétaire et la définition méthodologique d’examen des différents documents budgétaires ainsi que le projet de budget de l’Etat, gestion 2019 ».

A lire également :
 
 
Multimédia