Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Déficit énergétique : la SONABEL s’explique

L’Assemblée nationale a reçu ce mardi 13 juin 2018, une délégation de la SONABEL conduite par son premier responsable, François De Salle Ouédraogo. Il s’est agi pour elle, de venir expliquer aux députés membres de la CODECC (commission du développement économique et du changement climatique), les causes du déficit énergétique que vit les populations depuis déjà quelque temps.

« C’est constatant les désagréments occasionnés par les innombrables coupures d’électricité et en vue de rendre compte aux populations que la CODECC a initiée ce cadre d’échange » a situé la Présidente de ladite commission, Henriette Zoumbaré/Zongo.

L’assèchement de deux barrages hydroélectriques que sont ‘’Kompienga’’ et ‘’Bagré’’ ; le retard des travaux d’interconnexion avec le Ghana ; les pannes survenues sur la ligne d’interconnexion avec la Côte d’ivoire. Ce sont là, les principales causes des délestages selon le Directeur Général de la SONABEL, François de Salle Ouédraogo. Dans son développement, M. Ouédraogo a également pointé du doigt les déperditions énergétiques dues aux mauvaises pratiques.
Les membres de ladite commission ont ainsi saisi l’occasion d’émettre leurs préoccupations et de poser des questions d’éclaircissements. C’et ainsi que le DG de la SONABEL a expliqué que le choix des interconnexions répond à un besoin de réduction des coûts de production.

Quid des perspectives ?

Conscient du déficit énergétique ainsi que ses impacts négatifs pour les populations, l’Etat a mis en route plusieurs projets. A écouter le premier responsable de la nationale de l’électricité, il s’agit de réalisations de centrales électriques thermiques, solaires et de projets d’interconnexion avec des pays voisins. François de Salle Ouédraogo a confié que les financements de la plupart de ces projets sont bouclés et certains travaux ont même démarré. Au détail, on retient que Bobo Dioulasso va bénéficier d’une centrale de 17 Mégawatts et qu’à Kaya, l’Etat compte y implanter une centrale solaire de 10 Mégawatts Crête. A Ouagadougou, une centrale thermique verra le jour à Ouaga Est, d’une capacité de 150 Mégawatts pour pallier le déficit énergétique lors des délestages. Au même moment, à Zagtoulli, une nouvelle centrale solaire de 17 Mégawatts Crête verra le jour. La Banque Africaine de développement et ses partenaires sont entrain d’harmoniser les points de vue pour rendre réel un gros projet d’interconnexion entre le Burkina Faso et le Nigéria. Ce n’est pas tout. D’autres centrales thermiques verront le jour dans cinq pôles en régions (Ouahigouya, Dédougou, Gaoua, Dori et Fada N’Gourma). Cerise sur du gâteau, le Millenium challenge account compte injecter environ 350 milliards de francs CFA dans l’Energie au Burkina Faso. C’est dire que bientôt, les délestages seront perçus comme des souvenirs amers que personne ne voudra voir revenir. Mieux, l’Etat pourra effectivement revendre le surplus d’énergie, comme l’a promis le gouvernement.

A lire également :
 
 
Multimédia