Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Diplomatie et pratiques parlementaires : Des députés renforcent leurs capacités

Il s’est ouvert, le lundi 16 avril 2018, une session de formation au profit de députés et d’agents parlementaires, dont le thème est : « Diplomatie et pratiques parlementaires ». Cette session dite de ‘’Haut niveau’’, deuxième du genre, est conduite par le Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS). La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

L’Assemblée nationale fait de la diplomatie. L’Administration parlementaire dispose, pour ce faire, une direction chargée de la diplomatie. Les autorités parlementaires ont tellement donné du sens à cette fonction si fait que de nos jours, il y a de réels motifs de satisfaction. Tenez, l’Assemblée nationale gère de nos jours près d’une cinquantaine de groupes d’amitiés. Ce sont des pays situés en Afrique, en Europe, en Amérique, en Asie et en Océanie. En plus de cela, la fonction parlementaire amène les élus à voter des lois et des ratifications.

Pour Alassane Bala Sakandé, « si les députés ne sont pas outillés ça sur certaines questions internationales ça va être compliqué pour eux de pouvoir bien analyser et donner des résultats tangibles ». Cette formation est donc la bienvenue, selon le Chef du Parlement. Pour le représentant du CEDS au Burkina Faso, Maxime Lomboza Koné, c’est une formation qui va allier diplomatie parlementaire et grandes questions internationales. Il explique davantage : « Nous allons aborder des questions sécuritaires, géopolitiques, stratégiques, liées à l’actualité et des questions qui sont asymétriques, notamment celles récurrentes et persistantes, comme le terrorisme. C’est un atelier de très haut niveau qui va permettre aux parlementaires de se familiariser avec un certain nombre de concepts, notamment ceux en lien avec les relations internationales et en droit international public ».

Etait également à l’ouverture de cet atelier, le Directeur de l’antenne du CDES de Dakar, Boubacar Socrate Diallo. Celui-ci est intervenue lors de la cérémonie où il a présenté son établissement et situé quelque peu le contenu de l’enseignement qui sera donné aux députés. Il a fait savoir que les modules qui seront développés cadrent bien avec le contexte d’insécurité qui prévaut au Sahel. Ce renforcement de capacité, dira-t-il, permettra, dans doute, aux participants de savoir maîtriser les analyses géopolitiques, comment repérer et analyser les motivations, comment repérer les alliances en constitution ou en déconstruction, etc.

A lire également :
 
 
Multimédia