Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Énergie solaire au Burkina Faso Les députés donnent quitus au gouvernement de l’accord cadre de l’alliance solaire internationale (ASI)

L’Assemblé nationale a adoptée, le vendredi 09 mars 2018, le projet de loi « portant autorisation de ratification de l’accord cadre de l’alliance solaire internationale (ASI) signé à Marrakech au Maroc, le 15 novembre 2016 ». Ce projet de loi vise à augmenter de manière significative la production d’électricité solaire dans notre pays.

C’est à la commission des affaires étrangères et des burkinabè de l’étranger (CAEBE) que le dossier relatif à ce texte de loi a été affecté au fond. Du rapport présenté par le député Alpha Ousmane, rapporteur de la commission, il ressort que l’accord cadre portant création de l’alliance solaire internationale (ASI) est structuré en deux parties. Quant à la commission du développement économique, de l’environnement, et des changements climatiques (CODEC), elle a été affectataire du même dossier pour appréciation.
L’adoption par la Représentation nationale de ce texte de loi permet aux 121 pays membres de bénéficier de la constitution d’une plate-forme de coopération entre les pays en voie de développement à fort potentiel solaire et les pays développés disposant de technologies solaires avancées, de réduire les couts des dits technologies, de développer, d’innover et d’avoir accès aux financements en faveur des pays du sud ainsi que la réduction du cout du solaire et le développement de nouveaux marchés pour les pays membres par la création d’opportunités supplémentaires.
Le gouvernement était représenté par le Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre de l’énergie.

À l’ouverture du débat général, l’essentiel des questions évoquées a porté sur les critères utilisés pour classer le Burkina Faso, les coûts de production, les dispositions prises par le gouvernement pour assurer la qualité des batteries solaires, le pic de la production, la disponibilisation de l’énergie solaire, les mécanismes pour faire face aux aléas, les actions concrètes pour faire bénéficier d’autres secteurs, les modalités d’élaboration et de mise en œuvre des projets, la capacitation prévisionnelle, L’exportation de l’énergie solaire, le niveau d’exécution, les modalités d’interventions et la nature des projets à soumettre à l’ASI.
Le Dr Bachir Ismaël Ouédraogo a apporté des éclaircissements à l’ensemble de ces préoccupations.
Pour le ministre de l’énergie, tous les secteurs de développement économique sont touchés par l’énergie. C’est pourquoi, dit-il, « la demande en électricité croît de 13 à 15% chaque année, il nous faut un plan marshal pour l’énergie ! » par ailleurs, toujours selon le ministre « au vu de l’importance et du potentiel qu’offre cette opportunité, le président du Faso a décidé de s’impliquer personnellement et a choisi d’accompagner la délégation pour marquer l’intérêt qu’il accorde à la réussite de ce projet ».
C’est à l’unanimité des 112 votants que ce projet de loi a été adopté.

A lire également :
 
 
Multimédia