Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Fonctionnement de l’Assemblée nationale : Les députés de l’opposition demandent plus de transparence

Les groupes parlementaires de l’opposition politiques ont tenu une conférence de presse ce lundi 21 mai 2018 pour dénoncer ce qu’ils appellent « les dysfonctionnements de l’assemblée nationale ». Le Plan stratégique de l’assemblée nationale 2016 – 2020, le vote des louis, les relations entre l’exécutif et le parlement, ont été les principaux points de mécontentements évoqués lors de cette rencontre.

Les groupes parlementaires de l’opposition politique que sont l’Union pour le progrès et le changement (UPC), le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN), ont structuré leur intervention en trois points : « la session ordinaire en cours », « les dysfonctionnements de l’Assemblée nationale », « des propositions de solutions ». En lisant la déclaration conjointe, le député Zilma François Bacié, a fait savoir que les récriminations adressées aux premiers responsables du Parlement sont de natures à susciter un changement à même de permettre « d’exécuter avec dextérité et responsabilité le travail parlementaire pour que les lois votées correspondent effectivement aux aspirations profondes de nos populations ». Parlant de la session en cours, les grognards trouvent que « l’Assemblée nationale ne maitrise pas son ordre du jour ». Ils citent pour preuves, « les nombreux changements et modifications de cet ordre du jour, le non-respect du délai global du dépôt des projets de lois par le gouvernement, le retrait des dossiers inscrits, les reports intempestifs des projets de lois et des questions orales ». Les députés de l’opposition ne s’arrêtent pas là. Ils pointent du doigt « la mauvaise organisation du travail parlementaire qui joue sur la participation efficace des députés aux débats parlementaires et le non-respect du calendrier des auditions par les membres du gouvernement ».

Du fonctionnement global de l’Assemblée nationale, les conférenciers trouvent que le Plan Stratégique du Parlement est laissé aux oubliettes. « Les voyages du Président de l’Assemblée nationale non signalés à la Conférence des Présidents, la méconnaissance du choix des députés qui l’accompagnent, des dons effectués par le Président sans informer la Conférence des Présidents », ont été soulignés comme « problèmes qui empêchent la gouvernance de l’Assemblée d’être transparente ». Ce n’est pas tout. L’organisation récente des séances de prière a été vue comme une situation qui remet la laïcité de l’Etat, au cours de cette rencontre avec les médias.
En termes de solutions, les députés de l’opposition recommandent le strict respect de la séparation des pouvoirs et du règlement de l’Assemblée nationale, et la relecture dudit règlement comme promis. La mise en œuvre effective du Plan stratégique, l’installation du Comité de vote électronique pour son effectivité avant fin 2018, l’information régulière de la Conférence des Présidents et de l’ensemble des députés sur les activités du Président, sont aussi d’autres solutions que proposent les conférenciers.

A lire également :
 
 
Multimédia