Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

L’Assemblée autorise le gouvernement a ratifié deux accords

La plénière de ce jeudi 26 avril 2018 était consacrée à l’examen de deux projets de loi portant respectivement « ratification de l’ordonnance N° 2017-010/PRES du 16 Aout 2017 portant autorisation de ratification de l’accord de services IJARAH N°2 BFA-1012 SI, de l’accord de prêt N°2 BFA-1012 LO, de l’accord d’ISTISNA’A N°2 BFA-1012 IT, de l’accord de vente a tempérament N°2 BFA-1012 IS conclus le 11 Mai 2017 entre le Burkina Faso et la Banque Islamique de Développement (BID) pour le financement du programme de développement durable des exploitations pastorales du Sahel Burkina (PDPS) » et « ratification de l’ordonnance N°2017-013/PRES du 13 Octobre 2017 portant autorisation de ratification de l’accord de PRET N°6115-BF conclu le 25 Juillet 2017 entre le Burkina Faso et l’Association Internationale de Développement (IDA) pour le financement du Projet d’Appui au Développement du secteur de l’ Elevage au Burkina Faso (PADEL-B) ». C’est à l’unanimité des 95 votants que ses deux textes de loi ont été adoptés.

Le projet de loi portant « ratification de l’ordonnance N° 2017-010/PRES du 16 Aout 2017 portant autorisation de ratification de l’accord de services IJARAH N°2 BFA-1012 SI, de l’accord de prêt N°2 BFA-1012 LO, de l’accord d’ISTISNA’A N°2 BFA-1012 IT, de l’accord de vente à tempérament N°2 BFA-1012 IS conclus le 11 Mai 2017 entre le Burkina Faso et la Banque Islamique de Développement (BID) pour le financement du programme de développement durable des exploitations pastorales du Sahel Burkina (PDPS) » a pour objectif de contribuer à la réduction de la pauvreté, au renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, de l’Est, des Hauts-Bassins, du Sahel et du Nord.
Il s’agit spécifiquement d’améliorer durablement la productivité et la compétitivité des filières lait et petits ruminants, d’accroitre la valeur ajoutée des produits animaux et de créer des emplois en particulier pour les jeunes et les femmes.
Il est attendus de ce projet que, la consommation de lait par habitant passe de 16,67 Kg à 18,34 Kg par an ; que la contribution du secteur de l’élevage aux budgets des ménages augmente de 10% par rapport aux niveaux de base ; que le nombre de petits ruminants engraissés vendus par année augmente de 20% ; que 30000 opérateurs de la chaine de valeur bénéficient de microfinance ; que les conflits entre les pasteurs et les agriculteurs diminuent de 30% ; que la distance moyenne entre les points d’eau sur les voies de transhumance ciblées soit de 25 km ; que 70000 ha de zones pastorales soient aménagées et sécurisées ; que 25 forages équipés d’installation solaire soient réalisés ; que 50 magasins d’aliments pour bétails soient construits.
Le gouvernement était représenté par monsieur Batio Nestor Bassière, ministre en charge de l’environnement.

La Commission de l’Education, de la Santé, de la Jeunesse, de l’Emploi, des Affaires sociales et culturelles (CESJEASC) et la Commission du Développement économique, de l’Environnement et des Changements climatiques (CODECC) étaient saisis pour avis. C’est à l’unanimité que les 95 votants ont adopté ledit projet de loi.
Le 2e projet de loi était relatif à la : « ratification de l’ordonnance N°2017-013/PRES du 13 Octobre 2017 portant autorisation de ratification de l’accord de PRET N°6115-BF conclu le 25 Juillet 2017 entre le Burkina Faso et l’Association Internationale de Développement (IDA) pour le financement du Projet d’Appui au Développement du secteur de l’Elevage au Burkina Faso (PADEL-B) ». L’objectif du PADEL-B est : « d’améliorer la productivité et la commercialisation de la production animale non pastorale dans les chaines de valeur ciblées et de renforcer les capacités du pays à répondre aux crises affectant le secteur de l’élevage ». L’objectif du PADEL-B est complémentaire à celui en cours du Projet régional d’appui au pastoralisme au sahel (PRAPS-BF) mettant l’accent sur les systèmes pastoraux transhumants.
Les principaux groupes cibles bénéficiaires du projet sont, entre autres, les éleveurs, les producteurs, les transformateurs et toute entreprise intervenant sur le marché des chaines de valeur de la production porcine, de l’apiculture et de l’aquaculture.
Au moins 300000 producteurs, dont 30% de femmes et 20% de jeunes devraient bénéficier des actifs et des services du dit projet. Cette loi a été votée à l’unanimité par les 95 présents.

Au cours de cette plénière la député Mamata Tiendrebéogo 2e suppléante sur la liste nationale du MPP a vu son mandat validé, suite à la démission d’Albert Bamogo.

A lire également :
 
 
Multimédia