Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Le député-maire de Orodara visite l’école en ruine de Bandougou

Le député-maire de Orodara a visité le samedi 26 mai 2018, l’école de Bandougou endommagée par le vent le mardi 15 mai 2018. Cette visite avait pour objectif de toucher du doigt l’ampleur des dégâts, mais également de voir les solutions déployées pour assurer la continuité des cours jusqu’à la fin de l’année scolaire et d’encourager les membres de la communauté éducative de Bandougou affectés par cette situation.

Du bâtiment abritant les trois classes du CE2, du CM1 et du CM2, de l’école primaire publique de Bandougou, il ne reste plus que ses ruines, après le passage d’un vent dont on imagine la violence dans l’après-midi du mardi 15 mai 2018. Construite en 1978 et dont le toit a été refait en 2010 et ce pourrait être des insuffisances à ce niveau, qui pourrait expliquer cet état des faits.
En dépit de ces dommages, qui handicapent le bon déroulement des cours jusqu’à la fin de l’année et donne du tournis pour la prochaine rentrée des classe, élèves, enseignants, parents d’élèves et encadreurs pédagogique, poussent un ouf de soulagement. Parce que quand l’incident est survenu, les classes étaient vides, car les enseignants étaient en conférence pédagogique.

Pour pallier la situation et permettre au cours de se poursuivre, au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire 2017 – 2018, il a fallu avoir recours aux salles d’emprunts, notamment une salle au CEG, l’ancienne maternité et un hangar de la maison de la femme qui abrite les petites classes : CP1, CP2 et CE1. Ces derniers ayant cédé leurs classes au plus grands.
Cependant la grande équation, reste la rentrée prochaine, car selon le maire Hervé Konaté, l’évaluation a faire ressortir qu’il faut tout raser et reconstruire car le bâtiment a été construit sans chainage ni poteaux. Ce qui écarte toute idée de réhabilitation. Le ministère des enseignements ayant déjà dépêché une mission qui a également évalué les dégâts, les autorités locales souhaitent, que de nouvelles salles de classes puissent être disponibilisées d’ici la rentrée prochaine.
Les fils et filles de Bandougou se mobilisent pour apporter des solutions palliatives et du soutiens à l’ensemble des acteurs affectés par cette situation.

A lire également :
 
 
Multimédia