Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Les travailleurs de l’Assemblée nationale Pour une culture syndicale affirmée

Initiée par le Syndicat autonome du personnel de l’administration parlementaire (SYNAPAP), une session de formation des agents de l’Assemblée nationale s’est déroulée les 27 et 28 décembre 2017 à l’hémicycle. Au menu de cette session : la naissance et l’évolution du mouvement syndical au Burkina Faso, les droits et obligations du personnel administratif de l’Assemblée nationale dans l’accomplissement du service public ainsi que la consolidation des acquis de l’insurrection populaire d’octobre 2014. L’ouverture de cette formation a été présidée par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

Cette formation qui intervient après le vote de la loi 038-2017/AN du 23 mai 2017 portant statut de la fonction publique parlementaire avait pour objectif de familiariser les agents de l’Assemblée nationale sur les fondamentaux du syndicalisme au Burkina ainsi que les droits et obligations des travailleurs.

Le président Alassane Bala Sakandé, en donnant le top de départ des travaux , a interpellé les responsables syndicaux et le personnel administratif en ces termes : « Nous ne pouvons qu’accompagner cette formation qui permet aux travailleurs d’avoir des rudiments nécessaires afin de mieux exercer leur rôle de travailleur parlementaire. J’ai souhaité qu’on puisse donner l’information sur les droits et les devoirs des travailleurs afin que chacun sache à quoi s’en tenir. Après, s’il y a des gens qui ne veulent pas rentrer dans les rangs, qu’ils sortent courageusement des rangs ».
Dans son allocution, le Secrétaire général du SYNAPAP Albert Kambiré a souhaité que cette formation puisse affiner les connaissances des travailleurs en vue d’augmenter la productivité « l’atteinte de meilleures conditions de vie et de travail serait une utopie si les travailleurs n’ont pas une culture syndicale affirmée ».

Cette formation a été articulée en trois communications suivi d’échanges et dispensé aux agents repartis en deux groupes sur deux jours.
Premier a dispensé sa communication qui traite de la naissance et de l’évolution du mouvement syndical au Burkina Faso, Basolma Bazié a cadré et recadré l’histoire du syndicalisme, notamment dans les Assemblées législatives, sanctuaires par excellence de l’expression politique. Il a loué le courage des agents pour avoir créé un syndicat pour défendre les droits des travailleurs. Une initiative première du genre dans l’histoire du parlement. « Il appartient aux générations futures de poursuivre le combat ».
Quand à Seydou Coulibaly qui a présenté le second module, il estime qu’ « un travailleur ne vaut que s’il est conscient de ses droits certes, mais aussi de ses obligations » D’où la nécessité pour le personnel administratif d’être bien s’informé sur ses droits et devoirs dans l’accomplissement du service public.
Enfin, Abdoul Karim Sango a partagé sa vision sur la consolidation des acquis de l’insurrection populaire. Pour lui, « le personnel administratif parlementaire qui a particulièrement souffert de l’insurrection populaire d’octobre 2014 doit tirer leçon la nécessité de tirer les leçons et réfléchir à la consolidation des acquis engrangés par l’ensemble du peuple burkinabè ».

Ces deux jours de formation ont permis aux travailleurs de l’institution parlementaires de s’armer de rudiments pour une meilleure une appropriation de leurs droits et devoirs au sein de l’administration et rendement professionnel optimum.

A lire également :
 
 
Multimédia