Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Président  >>   Audiences

Mariage d’enfants : La première dame sollicite le concours du Parlement pour y mettre fin

La première dame du Burkina Faso, Sika kaboré, accompagnée de la Coalition nationale de la lutte contre le mariage d’enfants, est venue à l’Assemblée nationale, le mardi 26 décembre 2017. Cette visite avait pour but d’envisager l’organisation d’un plaidoyer auprès des parlementaires en vue de susciter des mesures législatives fortes pour arrêter cette manie de marier des mômes.

Marier une fillette ou forcer un garçonnet à convoler en noce alors que l’intéressé n’a pas la majorité n’est pas bien. Pire, c’est source de difficultés existentielles à bien de niveaux, handicapant naturellement l’épanouissement sinon le bonheur des concernés. La création de la Coalition nationale contre le mariage d’enfants est une idée salvatrice en ce sens qu’elle compte se doter des moyens nécessaires pour lutter efficacement contre ce phénomène social qui fait plus de malheureux que de gens épanouis. Entre autres moyens, il s’agit de doter le Burkina Faso de textes législatifs contraignants.

Et c’est pourquoi la première dame est venue à l’Assemblée : « Ce matin, nous sommes venues féliciter le Président pour son élection à la tête du parlement et lui présenter la Coalition, nos préoccupations et nos attentes. Nous sollicitons comptons organiser une séance de plaidoyer pour sensibiliser les députés afin de susciter le processus d’adoption du nouveau Code des personnes et de la famille. C’est ce texte qui va permettre de relever l’âge du mariage ». Elle dit avoir rencontré une oreille attentive d’un « Président d’Assemblée sensible à nos préoccupations ». « Le Chef du Parlement a promis s’engager lui-même et de veiller à organiser rapidement ce plaidoyer » a confié Sika Kaboré, visiblement satisfaite de sa visite.

A lire également :
 
 
Multimédia