Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Nutrition au Burkina Faso Le REPASEN plaide pour une allocation de 3% du budget de la Santé au secteur de la Nutrition

Le réseau des parlementaires en sécurité nutritionnelle (REPASEN) a organisé les 06 et 07 mars 2018 à l’Assemblée nationale un atelier « de concertation et d’élaboration d’outils de plaidoyer pour l’accroissement du financement de la nutrition et pour la détaxation des produits entrant dans la prévention et le traitement de la malnutrition au Burkina Faso ». Les participants envisagent au terme de la rencontre, soumettre un document de plaidoyer respectivement à la commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale et au gouvernement.

Cet atelier avait pour objectif de passer en revue et d’échanger sur la situation du financement de la nutrition et les difficultés liées à l’importation des produits entrant dans la prévention de la malnutrition au Burkina Faso. Il était donc attendu de cette rencontre deux documents : le premier est un document de plaidoyer auprès de la COMFIB pour une allocation budgétaire conséquente au secteur de la nutrition et le second document est un plaidoyer à l’intention du gouvernement pour la détaxation des prés mixtes entrant dans la production des aliments qui servent à prévenir ou à guérir la malnutrition.
Pour discuter de ses questions, aux parlementaires membres du REPASEN, se sont joints ceux de la Commission des finances et du budget ainsi que les députés membres de la Commission en charge de la santé. Etaient également invités, des techniciens des ministères concernés par la question de nutrition ainsi que des partenaires de la FAO, du PAM etc.
Dans son discours, la directrice de la nutrition Bertine Ouaro a exprimé ses attentes vis – à – vis des députés : « nous attendons des députés (…), qu’ils nous aident à faire le plaidoyer pour l’augmentation du financement de ce secteur, la détaxation des produits entrant dans la prévention et le traitement de la malnutrition ».
Au député Dissan Boureima Gnoumou, coordonnateur du REPASEN de renchérir : « nous voulons que le secteur privé soit accompagné en matière de détaxation des produits entrant dans la prévention de la malnutrition. Nous allons élaborer un document de plaidoyer que nous soumettrons à la Commission des finances et du budget de l’Assemblée nationale, qui est la commission qui prépare la loi de finance. L’objectif est qu’on puisse puiser trois pour cent dans le budget alloué au secteur de la santé au profit du domaine de la nutrition ».
Au sortir de cette atelier, les organisateurs se disent confiants : « vue la qualité des documents que nous avons produit, nous sommes quasiment sûr de convaincre les membres de la COMFIB. Nous espérons aussi pouvoir approcher le Président de l’Assemblée nationale et avoir son indulgence pour la transmission du document au gouvernement » a conclu le coordonnateur du REPASEN.

A lire également :
 
 
Multimédia