Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Prise en charge des anémiés à Yako : Le député Halidou Sanfo s’engage aux côtés de l’Association enfance Burkina

Parrain de la cérémonie de lancement de l’Opération don de sang de l’Association Enfance Burkina à Yako, le samedi 30 juin 2018, le Député Halidou Sanfo s’est engagé à offrir son sang tous les trois mois. Il entend ainsi donner l’exemple et convaincre les plus sceptiques à faire comme lui. L’objectif de ce geste étant, pour lui, de contribuer à sauver des vies aussi bien à Yako qu’ailleurs.

La saison des pluies s’installe tout doucement. Les averses ne font pas seulement que du bien. L’eau tombant du ciel, en plus de servir aux populations, ravitaillent également d’autres êtres : les bêtes et les bestioles nuisibles à l’Homme. Les moustiques font parties de ce dernier groupe. Ils sont vecteurs du paludisme et d’autres maux dites de la saison hivernale. Ces maladies sont responsables, pour la plupart d’entre elles, de l’anémie chez les plus jeunes et les femmes enceintes. A Yako, à l’instar d’autres localités du pays, c’est l’hivernage mais aussi la saison des anémies…et des désolations dans certaines familles.
L’Association Enfance Burkina n’entend pas croiser les bras et regarder des familles sombrer dans la désolation. Elle a organisé le samedi une collecte de sang au profit du district sanitaire de Yako. Les organisateurs de cette opération entendent mettre ainsi fin aux évacuations vers Ouagadougou et Ouahigouya des cas d’anémie.
Le représentant de ladite association, Abdoulaye Tamboura en dit plus : « Nous comptons récolter mille poches de sang pour le district. La collecte va s’étaler de Juillet à Octobre 2018. Le sang récolté va permettre de régler des situations peu heureuses à l’hôpital et éviter surtout les évacuations vers Ouahigouya et Ouagadougou ».
Le parrain de cette opération, le député Halidou Sanfo, a développé sa conception du geste de donner son sang en ces termes : « Le don de sang, plus qu’un geste anodin, est l’acceptation que nul ne peut vivre en vase clos. Donner son sang aujourd’hui, c’est assurément se prémunir soi-même contre le manque de sang en cas de maladie. C’est s’inscrire dans la voie indiquée par le Créateur, le Tout Puissant, voie selon laquelle, venir en aide à son semblable, c’est reconnaître la toute-puissance divine sur l’homme, c’est simplement SAUVER DES VIES HUMAINES. C’est contribuer à la beauté de la vie. C’est renforcer le sentiment d’appartenance à la même communauté de destin ». Comme pour monter toute sa bonne foi, il a déclaré que : « Pour ma part, je donnerais mon sang tout à l’heure, comme je l’ai fait il y’a déjà plus de dix ans. Mieux, je m’engage à donner mon sang chaque trois mois comme le prescrit le code médical et ce, au district de Yako à chaque fois que ma santé me le permettra ».
Présent pour encourager l’activité, le Haut-Commissaire du Passoré, Ousmane Balima, a lancé un appel à toute la population pour accompagner cette initiative en donnant son sang.

A lire également :
 
 
Multimédia