Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Promotion de la lutte traditionnelle à Nouna : Le député Maxime Lomboza Koné met le pied dans l’arène

C’est le samedi 10 février 2018 que les lampions se sont éteints sur la 1ère Edition du Sabre d’or, cette compétition sportive en lutte traditionnelle qui a mobilisé la jeunesse de la Kossi à Nouna durant plusieurs semaines. La phase finale qui s’est déroulée dans une arène affrétée devant le Centre de lecture et d’animation culturelle de Nouna a vu la participation d’un grand public venu des quatre coins de la province et même au-delà. Ledit public s’est délecté de belles prises d’athlètes rompus à l’art de la lutte. Il n’oubliera pas de sitôt la victoire arrachée de justesse par Yacouba Fongoro de Dokouy face à Raymond Démé de Nouna, en poids lourds.

« J’avoue que le développement qu’a pris le tournoi me surprend. En organisant ce tournoi, ni le comité d’organisation ni moi, personne ne s’imaginait que la mobilisation serait aussi grandiose. On savait juste que la lutte est un sport que les jeunes aiment. On savait aussi qu’il leur manque des espaces d’expression de talents. On était loin de savoir que l’on enregistrera jusqu’à 300 compétiteurs » ce sont là, les confidences du promoteur quelque minutes avant le coup d’envoi des matchs de la finale. Député Maxime Lomboza Koné, puisque c’est de lui qu’il s’agit, expliquera plus tard au micro, qu’en initiant cette compétition, il avait juste en tête comme objectif de permettre aux jeunes qui luttent de manière dispersée de se réunir en un seul endroit. A écouter le promoteur, Sabre d’or, au-delà de son caractère artistique a également un but pédagogique. Celui de préparer les athlètes pour les compétitions nationales en lutte.

300 lutteurs, 90 combats

Pour un coup d’essai, l’action du député s’est révélée être un coup de maître. L’engouement autour du tournoi a été perceptible. Environ 300 inscrits se sont mesurés en 90 combats. 41 d’entre eux ont été retenus pour les phases finales qui se sont déroulées dans la matinée du samedi. Pour le grand dénouement, 6 ont été retenus pour compétir dans trois catégories. Mais le plus match le plus attendu a été celui qui a mis aux prises, les deux poids lourds (70 – 75 kg) pour la finale. Il s’agit de Yacouba Fongoro de la commune de Dokouy et de Raymond Démé de Nouna. Les deux lutteurs ont confirmé toute l’admiration que le public voue à l’art de la lutte. Les pectoraux bien bâtis et saillants, les jarrets bien tendus et visiblement très souples, les deux ont servi pendant plusieurs rounds un savoir-faire spectaculaire au public qui n’a pas marchandé sa présence sur les lieux. C’est le lutteur venu de Dokouy, qui n’était pas véritablement le favori, qui a pourtant pu terrasser son vis-à-vis. Preuve qu’en plus de développer les muscles, il faut aussi avoir du talent et de l’expérience pour venir à bout des défis. Qu’à cela ne tienne, le public a aimé et applaudi le spectacle.

Des charrettes dans les prix

Cette compétition de lutte traditionnelle a fini sous de joyaux auspices et fait des heureux : Les jeunes lutteurs ont été récompensés en fin de soirée, conformément au palmarès final. En plus des enveloppes d’argent, des portables et des gadgets, certains sont repartis avec des charrettes. Ce n’est pas tout. Cette cérémonie a été une occasion pour le député Koné de laisser parler son cœur à l’endroit de trois dames. Chacune d’elle a reçu un vélo neuf pour ses déplacements.
Entre autres personnalités présentes ce jour-là, on cite les députés Gnoumou Dissa et Noel Toé, le Directeur de protocole du Parlement, Noufou Paré, des chefs de services déconcentrés, le Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée nationale, Bruno Dipama. Tous ont apprécié la tenue de cette activité et souhaité que le promoteur rebelote dans les années à venir. « Rendez-vous est pris dans les mois à venir pour le début des compétitions de la deuxième édition du Sabre d’or. Nous prévoyons tenir la prochaine finale de l’édition le 26 janvier 2018 » a dit Maxime Lomboza Koné.

A lire également :
 
 
Multimédia