Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Recherche parlementaire : Le CPC outille le personnel de l’Assemblée nationale burkinabè

Du lundi 12 au vendredi 16 février 2018, s’est tenue, à l’Institut de formation à distance (IFOAD), une session de formation sur la recherche parlementaire au profit du personnel de l’Assemblée nationale. Ce renforcement de capacité s’est déroulé dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’appui à la démocratie au Burkina Faso (PADEB) financé par le Canada et dont la mise en œuvre est assurée par le Centre parlementaire canadien (CPC). La formation a été assurée par le responsable du service de recherche de l’Assemblée nationale de Québec, David Boucher, par visio-conférence.

« Il est difficile de faire un travail de qualité au Parlement, surtout d’élaboration des lois, de discussions des lois, d’amendement des lois, sans avoir un minimum de connaissances sur les sujets qui sont traités. Il faut nécessairement que derrière le député, il y ait une structure, des personnes qui font de la recherche et qui mettent à sa disposition les éléments les plus pertinents qui lui permettent de voter des lois de bonnes qualités » c’est là, l’utilité de la recherche parlementaire expliquée par un membre du Panel de haut niveau de l’Assemblée nationale, Seydou Coulibaly.
Lors de cette session, il a été question d’introduire les participants, d’une part, aux concepts fondamentaux et la méthodologie de la recherche parlementaire par des exemples concrets et d’autre part, à l’utilisation d’outils de recherche et à des formats de rapports permettant la présentation d’informations concises, objectives, factuelles et non-partisanes aux députés. Le Formateur n’a pas également manqué de les sensibiliser sur l’importance et la manière d’effectuer une recherche parlementaire objective, fiable et non-partisane, prenant en compte une approche genre. Telle une cerise sur du gâteau, les participants ont eu, en sus, une présentation des meilleures pratiques canadiennes et internationales en matière de services de recherche parlementaire et d’analyse de l’information. Ce qui a eu pour effet de les conforter dans leur position d’apprenants mus par une forte volonté de se mettre immédiatement à la tâche après la formation. C’est véritablement une session qui tombe à pic, vu que les archives et la documentation de l’Assemblée nationale sont en pleine reconstitution. Selon la Cheffe de service du service en charge de ce volet, Mme Edwige Ouédraogo, les participants sortent outillés et disposent, désormais, de moyens pour aborder tout travail en lien avec la thématique. S’il y a bien quelqu’un qui satisfait après cette formation, c’est bien le Directeur des Archives et de la documentation, André Bationo. Au four et au moulin depuis quelque temps pour la réussite de la session, il pousse de nos jours un ouf de soulagement. Selon lui, cette session a permis de faire un diagnostic complet de ses services avec à la clé une liste des solutions indiquées. Désormais, la défectuosité des appareils informatiques, l’insuffisance du débit internet, le peu de structuration de ses services ne seront que de mauvais souvenirs. André Bationo compte, par ailleurs, sur l’accompagnement des autorités parlementaires pour faire de sa direction, la vitrine de l’Assemble nationale.

A lire également :
 
 
Multimédia