Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Réseaux parlementaires  >>   Réseau Sauvegarde et promotion du patrimoine national

Sauvegarde et promotion du patrimoine national : Un nouveau réseau parlementaire mis en place

Un groupe de députés a mis en place un réseau parlementaire qui entend faire de la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel national son leitmotiv. Ce réseau a été présenté au ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, le lundi 25 juin 2018 à Ouagadougou.

C’est dans l’optique de faire connaître l’existence du « Réseau sauvegarde et protection du patrimoine culturel » que les membres du groupe parlementaire ont invité le ministre en charge de la culture à l’Assemblée nationale.
Les membres du réseau ont fait savoir au ministre Sango leur volonté de soutenir et de promouvoir le patrimoine culturel burkinabè. Pour ce faire, le président dudit réseau, le député Tibo Jean Paul Tapsoba et ses collègues entendent mettre réunir leurs forces pour faire briller au-delà des frontières, la flamme culturelle burkinabè. Convaincus que la culture est le ciment du vivre ensemble du pays des hommes intègres, les membres du réseau envisagent mettre en œuvre des actions franches et concrètes à même de booster ce sous-secteur.

Une tournée nationale de présentation du réseau aux autorités coutumières et aux acteurs culturels, la relecture de la législation la loi 024 portant organisation de la culture burkinabè, la création et l’animation d’un cadre d’échanges avec le ministère, sont entre autres activités inscrites dans leur agenda.
Le ministre de la Culture des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango, a dit être satisfait de la démarche entreprise par ledit réseau. Pour lui, la mise en place du réseau vient à un point nommé. « Les grands projets font peser des risques sur le patrimoine national et il est nécessaire de revisiter certaines lois dont la loi 024 » a-t-il dit. Le ministre a, par ailleurs, a invité les membres du nouveau réseau à prendre également en charge la question de la restitution des biens culturels pillés sur le continent africain pour la sauvegarde, au profit des générations futures, de l’identité culturelle du burkinabè.

A lire également :
 
 
Multimédia