Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice
Archives
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Vœux à l’Assemblée nationale Bilan et perspectives

Les députés et le personnel administratif de l’Assemblée nationale ont présenté leurs vœux de nouvel an au chef du parlement burkinabè, Alassane Bala Sakandé le vendredi 05 janvier 2017. En plus du bilan de l’année parlementaire, l’occasion était propice pour chaque composante d’adresser des doléances, mais aussi des recommandations pour un meilleur rendement et une meilleure implication des élus et du personnel administratif pour une gouvernance de qualité.

C’est une cérémonie en trois actes qui a ponctué la présentation des vœux des députés et du personnel aux premiers responsables de l’institution parlementaires.
S’exprimant au nom de l’ensemble des travailleurs de la représentation nationale, la secrétaire générale Emma Zobilma/Mantoro, a dans son discours rappelée la douloureuse période qu’a connu l’institution du fait de la disparition brutale du Dr Salifou Diallo.


Selon Mme la secrétaire générale c’est une organisation administrative quasi achevée et un personnel administratif toujours engagé à toute épreuve. Et d’ajouter que « Le personnel administratif a noté avec enthousiasme votre prise de contact avec l’administration parlementaire et les structures faitières de l’Assemblée nationale, le 16 septembre 2017, soit huit jours après votre élection ».
Enfin, elle a, au nom du personnel administratif, énuméré les doléances qui sont entre autre : l’appui conséquent de la mise en œuvre des plans de formation, la reprise des concours professionnels, la poursuite de la dynamique de relèvement des rémunérations, l’amélioration de la couverture du système médico-social, le maintien du dialogue social, l’adoption des textes d’application de la loi portant fonction publique parlementaire, la culture de la promotion interne car l’administration parlementaire est pérenne, l’administration d’une indemnité spécifique aux services au cœur du travail législatif.

À la suite de la secrétaire général, c’est le premier vice-président, Bénewendé Sankara qui a pris la parole au nom des députés. Il a également rappelé les circonstances douloureuses de l’année 2017 en ces termes : « alors que le temps semblait s’arrêter pour la Représentation nationale et pour la nation burkinabè toute entière, avec la disparition brutale de Docteur Salifou Diallo, les députés et le personnel administratif se sont donné les ressorts pour poursuivre le combat », il a ensuite salué et félicité l’élection du président de l’Assemblée nationale et noter avec satisfaction la conduite de la seconde session parlementaire « la deuxième session ordinaire de l’année 2017 qui s’est ouvert quelques trois semaines après votre prise de fonction, s’est refermée sur une note de satisfaction. ».
C’est sans protocole qu’Alassane Bala Sakandé s’est directement adressé à ses collaborateurs. Il affirme été touché par les vœux à son endroit tout en réitérant ses vœux en retour. Pour le chef du parlement, il y’a lieu de se parler « gbê-gbê », de faire le point sur les actions réalisées et envisager celles à venir.

Dans son allocution, Alassane Bala Sakandé à inviter les uns et les autres à donner des leurs pour une institution parlementaire de qualité, il a rassuré le personnel, les députés et le ministre chargé des relations avec le parlement Remi Fulgance Diandinou sur sa « disponibilité à travailler pour l’émergence de la démocratie, à travailler de telle sorte qu’au niveau de l’Assemblée nationale, nous soyons un exemple. C’est vrai qu’on ne peut pas être irréprochable à 100%, mais nous allons tendre au niveau de l’Assemblée nationale vers la perfection ». Il a sollicité l’appui de toutes et de tous pour mener à bien sa mission « J’ai besoin de l’appui des députés toutes obédiences confondues, j’ai besoin de l’appui du personnel administratif, de l’agent de liaison, du technicien de surface jusqu’au cadre. Sans vous, je ne pourrai pas avancer »
Le fait majeur à l’occasion de cette présentation de vœux, est l’annonce des réformes au sein de l’institution parlementaire : la mise en place d’un système de contrôle des horaires d’entrées et de sorties des services, le vote électronique, la relecture du règlement de l’Assemblée nationale « pour une plus grande représentativité des femmes dans le bureau du parlement et des commissions générales », la mise en place d’un organigramme plus adapté qui va dit-il « résister au temps et éviter ainsi de le changer au gré des politiques qui arriveront à la tête de cette institution »
À propos du dialogue social et des concours professionnel des travailleurs, le chef du parlement a relevé que des concertations seront instaurées entre le bureau de l’Assemblée nationale et le syndicat.


Alassane Bala Sakandé s’est également attardé sur des sujets qui fâchent : l’absentéisme et les retards au service de ses collaborateurs, aussi bien des travailleurs que des députés, les formations « Nous avons décidé que tout le monde au niveau de l’Assemblée nationale sera formé. Il n’y a pas de privilégiés », les missions « J’ai commencé à corriger cela parce que je vois que ce sont les mêmes têtes qui vont souvent en mission. Ça doit tourner aussi bien au niveau du personnel administratif qu’au niveau des députés » et les rétributions « j’ai constaté que même s’il s’agit de demander à des gens de faire leur travail, il faut mettre en place un comité et cela fait appel à des rétributions, en plus du salaire et des indemnités de session ».

Pour un meilleur suivi des recommandations, des commissions d’enquête parlementaire, il est prévu la mise en place d’un organe pour y veiller. Car dit-il « c’est l’argent du contribuable que nous utilisons pour mener ces enquêtes, donc il n’y a pas de raison qu’on mette les résultats dans les tiroirs ».

A lire également :
 
 
Multimédia