Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Hémicycle  >>   Comptes rendus analytiques

COMPTE RENDU ANALYTIQUE DE LA SEANCE PLENIERE DU VENDREDI 28 MAI 2021

Ordre du jour : Clôture de la première session ordinaire de l’année 2021.

Président de séance :

Monsieur Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale

Secrétaire de séance :

Monsieur Barthélémy DIARRA
Deuxième Secrétaire parlementaire

Ordre du jour : Clôture de la première session ordinaire de l’année 2021.

La séance plénière du vendredi 28 mai 2021, consacrée à la clôture solennelle de la première session ordinaire de l’année 2021, s’est ouverte à 16 heures 03 minutes.

1. Le quorum

La vérification des présences a donné le quorum suivant :
-  absents excusés : 19
-  absent non excusé : 01
-  présents : 107
-  procurations : 16
-  votants : 123

2. Les annonces

Les comptes rendus analytiques des séances plénières des lundi 17, mardi 18 et jeudi 20 mai 2021, mis à la disposition des députés, ont été adoptés.

En outre, le procès-verbal de la séance plénière du jeudi 1er avril 2021, mis à la disposition des députés, a été adopté.

3. Le discours de clôture du Président

Le Président de l’Assemblée nationale a d’abord salué la présence à l’hémicycle du Premier ministre, de membres du gouvernement et d’autres personnalités, ainsi que les présidents d’institutions, les représentants des organisations non gouvernementales et des corps constitués qui ont été invités à suivre la cérémonie à travers les médias, compte tenu de la crise sanitaire.

Il a ensuite, rappelé le thème de la deuxième réunion du Comité de préparation de la quatrième Conférence mondiale des présidents de Parlement, tenue du 31 août au 2 septembre 2015 à New York, intitulé « Quels défis pour les Parlements d’aujourd’hui ».

Ainsi, il a partagé la réponse donnée à cette occasion par le Chef du Parlement néo-zélandais de l’époque, qui déclarait que les parlementaires devaient reconnaitre que parfois, ils ne sont tenus en grande estime car la plupart du temps, les populations ne font pas la différence entre Gouvernement et Parlement. Il a affirmé que cette réponse pose la récurrente question de la relation de confiance entre les citoyens et leurs dirigeants et illustre que dans toutes les démocraties, la confiance reste fragile, volatile et dégradable. Pour lui, cette relation de confiance se tisse à l’épreuve des faits et est gouvernée par l’exemplarité de l’action politique.

C’est dans ce contexte que le Président a indiqué que l’urgence est extrême, les impatiences grandes, les attentes immenses depuis un certain temps dans notre pays. Il a réaffirmé la nécessaire consolidation de la relation de confiance entre la classe politique et les citoyens. La parole politique doit rassurer, l’action politique doit imprimer le destin collectif.

Selon le Président, la démocratie doit être perçue comme un écosystème politique à travers lequel s’expriment les interactions entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. En cela, l’Assemblée nationale est considérée partout comme le haut lieu par excellence de la démocratie. La finalité des missions de l’Exécutif et du Législatif, c’est de servir l’intérêt général.

Il a aussi indiqué que les paroles et les actes posés par les différents pouvoirs permettent aux citoyens d’avoir une meilleure compréhension du fonctionnement des institutions et des rapports de complémentarité qui existent entre elles. Ceci pourrait engendrer la grande estime des citoyens et fédérer toutes les énergies autour de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Chef de l’Etat.

Il a poursuivi en évoquant le trentième anniversaire de l’adoption, par référendum, de la Constitution de la Quatrième République, le 02 juin 1991. Cette Constitution qui a permis au Burkina Faso de renouer avec la vie démocratique. Il a profité de l’occasion pour rendre un vibrant hommage à l’un des artisans de cette Constitution en la personne du député Bongnessan Arsène YE, ancien Président de l’Assemblée nationale et Président de la Commission constitutionnelle d’alors.

Du bilan de la première session ordinaire de la 8e législature, dressé par le Président, il ressort que la session a été impactée par les effets socio-économiques de la pandémie de la Covid-19, la persistance des attaques terroristes et les récents troubles du milieu scolaire et a permis l’adoption de trente lois , dont vingt lois portant sur des accords de ratification, quatre résolutions portant validation de mandats de députés et élection de juges parlementaires ainsi que six autres lois.

Par ailleurs, au cours de cette session et en application de l’article 109 de la Constitution, le Premier ministre a fait son discours sur la situation de la Nation, le 20 mai 2021.

Aussi, cette session a enregistré les visites de Chefs de Parlement du Bénin et du Mali, mais aussi du Président du Conseil national de la Confédération Suisse.

Le Président de l’Assemblée nationale, en sa qualité de Président en exercice de la 15e Conférence des Parlements des Etats membres de l’OCI (UPCI), a lancé un appel à la désescalade de la violence entre la Palestine et Israël.

Enfin, il a invité les députés à initier des séances de redevabilité pour faire le bilan de cette session et de rendre compte du travail législatif à leurs mandants.

Le Chef du parlement a clos son propos en souhaitant une très bonne saison pluvieuse aux agriculteurs et a formulé le vœu que le fruit de leur labeur soit à la hauteur de leurs espérances.

La séance plénière a pris fin avec l’exécution, par la Garde nationale, de l’hymne national, le Di-taa-Niyé.

La séance a été levée à 16 heures 56 minutes.

Ouagadougou, le 31 mai 2021.

Le Président de séance

Alassane Bala SAKANDE
Président de l’Assemblée nationale
Le Secrétaire de séance

Barthélémy DIARRA
Deuxième Secrétaire parlementaire

A lire également :