Burkina Faso
Unité - Progrès - Justice

Actualités

Lutte contre le terrorisme au Sahel : L’appel des parlementaires depuis New York

La crise sécuritaire dans le Sahel a fait l’objet d’une réunion de haut niveau des parlementaires, le 1er novembre 2018, au siège des Nations Unies à New York, sous l’égide de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), en marge de la 73ème Assemblée générale des Nations-unies. La délégation du Burkina Faso avec à sa tête le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, tout en assurant une participation active aux travaux de la conférence parlementaire sur le G5 Sahel, a convaincu l’ensemble des sections AFP pour l’adoption d’un appel de New York.

Avec l’adoption à l’unanimité de l’appel de New York, les parlementaires ont ainsi affirmé leur rôle majeur dans la réflexion mais surtout dans l’action visant à lutter contre l’insécurité dans la zone sahélienne et à promouvoir le développement social et économique régional. Après avoir fait un diagnostic alarmant de la situation sécuritaire dans le Sahel, les parlementaires réunis à New York aux Etats unis d’Amérique, à l’invitation du Président de l’APF, Jacques Chagnon, conformément aux recommandations et décisions de la 26ème Assemblée régionale Afrique de l’APF tenue à Praia au Cap-Vert en mai 2018, de la 44ème Assemblée générale de l’APF ainsi que de la réunion parlementaire de haut niveau tenues respectivement à Québec et à Niamey au Niger en juillet 2018, ont invité la communauté internationale à apporter son franc soutien aux efforts fournis sur le terrain par les pays du G5 Sahel et leurs partenaires internationaux.
Les participants à la conférence de New York ont vivement recommandé la mise en œuvre de la résolution 2370 (2017) qui vise à empêcher les terroristes d’acquérir des armes et ont appelé de tous leurs vœux le Conseil de sécurité des Nations Unies à placer la Force du G5 Sahel sous le mandat du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies en vue de lui assurer une capacité opérationnelle plus efficace et pérenne.

L’appel de New York ainsi adopté par les sections du Burkina Faso, du Mali, du Tchad, de la Belgique / Communauté française / Wallonie-Bruxelles, du Bénin, de la France, de la Guinée-Bissau, du Québec et du Rwanda, est un aboutissement d’une proposition du Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso.
Les participants à la réunion ont aussi bénéficié des communications des experts du système onusien sur les questions sécuritaires en contexte sahélien. Plusieurs séances ont permis aux parlementaires de mieux cerner d’une part les engagements des Nations Unies et de la Francophonie pour le Sahel et la contribution des élus en matière de défense, protection, prévention, contrôle du territoire, et de mettre en liaison la promotion du développement avec la dynamique de pérennisation de la paix, d’autre part.

Après le siège des Nations Unies, les parlementaires ont poursuivi leurs échanges sur le nécessaire contrôle parlementaire des actions de l’Alliance Sahel, au siège de la Représentation permanente de l’Organisation internationale de la Francophonie auprès des Nations Unies à New York.
Les participants à cette réunion de haut niveau se sont donné rendez-vous en décembre prochain à Paris en France pour une rencontre interparlementaire sur de l’Alliance Sahel.

A lire également :